Le parc des deux-roues motorisés en hausse : Un quart de million de motos sur nos routes

08/06/2023 mis à jour: 15:21
7308
Source de désagréments de nos jours, mais utile dans le quotidien de beaucoup d’Algériens, la moto se popularise de plus en plus sur nos routes, bien qu’elle ne représente actuellement que 3% du parc automobile national.

Le parc automobile algérien connaîtra, dans les prochaines années, une nouvelle tendance qui mènera à sa mutation. La popularité dont jouit la moto fera que cette dernière occupera, dans les prochaines années, une place de plus en plus importante dans le parc roulant national. 

Selon un récent rapport détaillé de l’Office national des statistiques (ONS) et relayé récemment par le quotidien arabophone El Khabar, environ 230 000 motos sont recensées sur l’ensemble du territoire national. Ce qui représente 3% du parc automobile global dont ce dernier comptabilise 7.731 millions de véhicules (toutes catégories confondues).

En dépit du taux qui reste assez faible si l’on vient à comparer au nombre d’immatriculation globale, c’est du côté de la croissance de ce marché qu’il faut aller consulter puisque, selon le même rapport, 9 357 motos ont été recensées en 2004. 

Tandis qu’en 2010, environs 12 109 unités ont été comptabilisées. Son chiffre a atteint les 15 898 unités en 2012. Une croissance constante enregistrée jusqu’à l’année 2018 durant laquelle les ventes ont connu une envolée atteignant les 139 780 unités. Ce qui représentait, à cette époque-là, 2,18% du parc roulant global. Cet engouement se traduisait par l’ouverture du marché national sur l’industrie mécanique et le montage des deux-roues dans le pays. Un créneau investi durant cette période par de nombreux opérateurs économiques. 

L’année d’après, se sont rajoutés quelque 41.678 motos où le chiffre global avait atteint 181 458 unités, soit 2,76% du parc roulant. Dans un autre rapport, il est mentionné que 77 002 deux-roues ont été immatriculés durant le deuxième semestre de l’année 2020. Ce qui représentait 11,32 % du nombre des opérations d’immatriculation contre 41 693 unités immatriculées durant le premier semestre de la même année (8,79%). Le rapport explique en outre que les nouvelles motos immatriculées et mises en circulation durant le deuxième semestre de l’année 2020 sont de 30 707. Un taux de croissance important qui place ces engins en deuxième position après les véhicules de tourisme. 

Dans l’Algérois, les deux-roues sont rois

Sous une autre optique, l’Office national des statistiques indique qu’en termes de nombre d’immatriculations de ce moyen de transport, l’Algérois vient en tête de liste. Durant le deuxième semestre de 2020, la wilaya de Blida s’était classée en première position avec 12 035 opérations d’immatriculation, suivie par Alger avec 8 612 unités. La wilaya de Sétif, quant à elle, comptabilise 3 199 immatriculation et Biskra 3 111 engins. 

S’agissant de la mise en circulation de nouvelles motos durant la même période, Alger occupait la première place avec 5 964 deux-roues, 4 321 pour Blida, 2 461 pour Sétif et 1 703 à Biskra. Ce qu’il faut retenir à travers ces chiffres est que parmi ces engins enregistrés durant cette période, la majorité figure dans la catégorie de motocyclistes neuves. 

Or, 30 707 motos ont été vendues dans tout le pays en 2020 sur un nombre global de 118 695 engins immatriculés, contre 26 883 en 2019 et  9 206 unités en 2018. Le rapport de l’ONS décline, entre autres, une autre étude durant la même année 2020 concernant la moyenne d’âge de ce moyen de mobilité. Selon l’estimation de cet organisme de statistiques, 1 134 motos enregistrées comptabilisent 20 ans d’âge et plus, soit 1,47%. Les motos dont l’âge varie entre 15 ans et 19 ans représentent 0.09%. 

Quelque 409 motocyclettes cumulent entre 10 ans à 14 ans d’âge avec un taux de 0.53%. Celles qui se situent entre 5 ans et 9 ans représentent 3 062 unités. La part du lion revient au deux-roues dont l’âge est inférieur à 5 ans et qui représentent 72 329 engins, soit environ 93,93 %. Ce qui amène à comprendre que le parc roulant des deux-roues est le plus jeune par rapport à celui  des véhicules légers et autres poids lourds. 

Les Asiatiques se taillent la part du lion

L’ONS se penche également dans ses statistiques sur les marques de moto les plus répandues sur le marché algérien. Ainsi, deux pays d’Asie viennent en tête de liste des ventes à savoir la Chine et la Corée par excellence. Suivies par d’autres marques taïwanaises et philippines. Au deuxième semestre de l’année 2020, 2 838 engins enregistrés sont de marque chinoise contre 500 unités d’origine coréenne. 

Cette tendance est expliquée par la disponibilité du produit asiatique en quantité suffisante sur le marché grâce à l’importation massive depuis ces pays sans oublier la production locale dont le pays comptait pas moins de quatre usines destinées à ce genre de fabrication. 

Bien que ce moyen de transport reste le plus privilégié durant ces quatre dernières années de par la congestion démentielle qui caractérise nos routes, il n’en demeure pas moins que le recours à son achat a enregistré un petit recul. 

Cela est expliqué par l’interdiction de son importation. Une problématique qui a engendré par conséquence une inflation sur son prix d’achat.

D’après des opérateurs commerciaux spécialisés dans la vente des deux-roues, ce marché connaît une hausse de 30% sur le produit neuf durant les deux dernières années. Exemple : le scooter le moins cher dont la cylindrée varie entre 110CC est chiffré à 27 millions de centimes.   

Par Aziz Kharoum
[email protected]
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.