Le difficile pari de maintenir les écoles ouvertes

18/01/2022 mis à jour: 20:18
557
De plus en plus d’écoles adoptent une période de confinement / Photo : B. Souhil

D’ores et déjà, plusieurs classes, et dans certains cas des établissements scolaires, ont dû fermer leurs portes pour une durée de 10 jours pour cause de contamination d’un nombre important d’élèves et de leurs enseignants.

Alors que la quatrième vague de contamination au coronavirus continue de croître, le variant Omicron risque de déferler sur les écoles. Très contagieux, le nouveau variant de la Covid-19 touche également les enfants. Aussi, le nombre des élèves contaminés serait appelé à augmenter, selon les spécialistes.

D’ores et déjà, plusieurs classes, et dans certains cas des établissements scolaires, ont dû fermer leurs portes pour une durée de 10 jours pour cause de contamination d’un nombre important d’élèves et de leurs enseignants.

Rien que dans l’Algérois, plusieurs annonces de fermeture d’écoles ou de lycées nous sont parvenues. Pour autant, le ministère de l’Education nationale écarte toute éventualité d’un retour à la fermeture des établissements scolaires. «Bien sûr, si le ministère de l’Education considère que la situation est alarmante, il prendra les mesures nécessaires, mais le fait est qu’il y a un protocole sanitaire qui doit être respecté ainsi qu’une circulaire détaillant les mesures à prendre en cas de multiplication des cas que les directeurs des établissements scolaires appliquent déjà», nous explique-t-on.

Le fait est que le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait déclaré récemment dans une intervention médiatique que l’année scolaire se poursuivra dans des conditions ordinaires. Il a aussi ajouté que 5000 professeurs des écoles ont déjà reçu le vaccin à l’échelle nationale.

Partout dans le monde, et malgré le nouvel élan de la pandémie mondiale propulsée par le variant Omicron, la tendance est au maintien des écoles ouvertes. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a dressé une liste non exhaustive des conséquences négatives d’une décision de fermeture : interruption de l’apprentissage, coûts économiques élevés, inégalités d’accès aux portails d’apprentissage numérique, tendance à l’augmentation des taux de décrochage scolaire…

L’Unicef soutient que les enfants ne peuvent pas se permettre de vivre une autre année sans école. Dans une déclaration, la directrice générale de l’Unicef, Henrietta Fore, a considéré qu’une «autre vague de fermetures généralisées d’écoles serait désastreuse pour les enfants».

«Les fermetures d’écoles à l’échelle nationale doivent être évitées dans la mesure du possible. Lorsque la transmission communautaire de la Covid-19 augmente et que des mesures de santé publique strictes deviennent nécessaires, les écoles doivent être les derniers endroits à fermer et les premiers à rouvrir», a-t-elle ajouté.

La question est d’autant plus délicate que cette année scolaire se déroule sous la menace du variant Omicron, dont le taux d’incidence sur les enfants est élevé partout dans le monde avec néanmoins peu de cas graves, mais une rapidité de contagion. Le maintien de l’ouverture des écoles devra être l’un des défis du ministère de tutelle. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.