L’association Thazmurt : Une innovation pour la valorisation des déchets oléicoles

31/03/2022 mis à jour: 13:40
4199
Photo : D. R.

Le processus de la dégradation naturelle du grignon, qui dure plus de 3 ans, a été réduit à seulement 25 jours.

Chaque hiver, les oueds et alentours des régions à fortes potentialités oléicoles, sont pollués avec des tonnes et des centaines de mètres cubes de déchets de l’olivier, surtout grignon et la margine.

Pourtant, ces résidus qu’on considère comme déchets émanant de la petite industrie oléicole sont valorisables et même rentables. 

Ayant conscience du danger et des dégâts environnementaux que peuvent générer ces déchets, l’association environnementale Thazmurt ou l’olivier, basée dans la commune d’Aghbalou, au nord-est de la wilaya de Bouira, a tracé un ambitieux projet de valorisation des déchets oléicoles.

«Nous avons lancé le projet de compostage entre 2017 et 2018. C’est un processus microbiologique de dégradation des matières organiques issues des déchets de l’olivier, dont le grignon. Notre travail consistait à introduire de micro-organismes ou une flore microbienne banale dans un milieu riche en carbone qui est le grignon. A cela, nous avons rajouté une source d’azote qui est la paille. Le processus a besoin aussi d’un climat favorable, dont une température modérée de 37°, une source d’eau, de l’humidité, de l’aération, etc.», dira Djamel Bellal, ex-président de l’association et membre actif actuellement. 

Les expériences ont été réalisées dans une serre d’un particulier. En outre, un processus naturel de dégradation du grignon d’olive prend beaucoup de temps.

Il dépasse généralement les 3 ans. L’utilisation du compost de grignon comme fertilisant n’est pas nouveau, mais c’est la durée que prend la matière première pour se dégrader qui pose problème.

Cette dernière peut durer jusqu’à 3 ans. Après plusieurs expériences menées de 2016 jusqu’à fin 2021, Youba Kourdache, membre de l’association, a pu réduire le temps du processus de décomposition à seulement 25 jours.

«Notre procédé est bio et d’un coût très faible. Le produit obtenu est un fertilisant de très bonne qualité qui permet aussi l’aération des sols compacts. Je déposerais, incessamment, un brevet d’invention au niveau de l’Institut national algérien de la propriété industrielle (IAPI)», explique Youba Kourdache.

Le résultat a été exposé, récemment, au Palais des expositions à l’occasion de la tenue du Salon international de l’agriculture, de l’élevage et de l’agro-industrie, rajoute notre interlocuteur. L’association avait postulé à l’initiative de Switchmed lancée par l’Union européenne et qui vise à réaliser une économie circulaire en Méditerranée en changeant la façon dont les biens et services sont produits et consommés.

Le projet de l’association intitulé «Valorisation des déchets oléicoles» avait décroché la première place en 2017 au côté d’un autre projet de l’association Torba, parmi plus d’une cinquantaine d’associations participantes.

La deuxième innovation de ce membre de Thazmurt est les panneaux d’isolation thermique à base, toujours, de grignons d’olive. «C’est un panneau 100% bio destiné beaucoup plus au secteur du bâtiment. Il peut être utilisé comme isolant ou faux plafond.

Il coûte 1/10 du prix des panneaux industriels à base de produits chimiques», détaille notre interlocuteur qui prévoit aussi de déposer un brevet de sa deuxième invention au niveau de l’INAPI.

L’association Thazmurt avait organisé et organise encore plusieurs activités. Des séminaires et conférences, campagnes de dépollution et de reboisement, des ateliers de formation, etc.

Ses membres sont derrière la création de plusieurs clubs verts au niveau des établissements scolaires et d’une section d’éco-randonneurs. 

L’association travaille aussi en étroite collaboration avec le Parc National du Djurdjura.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.