L’approvisionnement des éleveurs en phase de réorganisation : La distribution de l’orge subventionnée engloutit 6 milliards de dinars par mois

23/04/2022 mis à jour: 00:21
1016

Le coût de distribution de l’orge aux éleveurs pris en charge par l’Etat s’élève à 6 milliards de dinars par mois pour les brebis dont le cheptel s’élève à 17 millions de têtes, avec une moyenne de 300 g par jour pour chaque brebis. 

C’est ce qu’a indiqué le ministre de l’Agriculture et du Développement rural ( MADR), Abdelhafid Henni, lors d’une séance plénière à l’Assemblée populaire nationale ( APN). Et ce, après la révision à la hausse en mai 2021 de la ration d’orge subventionnée de 300 à 600 g/brebis par jour, avec une moyenne de 18 kg/ mois sur instruction du Premier ministre dans le but d’améliorer l’approvisionnement des éleveurs en orge. Le travail se poursuit dans ce cadre puisque la distribution de l’orge subventionnée aux éleveurs est en voie de réorganisation. Un travail est en cours dans ce cadre. Il sera achevé d’ici le début du troisième trimestre de l’année en cours. 

C’est ce qu’a précisé le ministre. La nouvelle organisation, qui mise sur la révision de la ration distribuée aux éleveurs, se fera en fonction des quantités et du type de bétail.
 

Dans le sillage de cette opération, le dossier de révision des rations dédiées aux éleveurs d’agneaux sera soumis prochainement au gouvernement. Une liste nominative sera établie des éleveurs bénéficiaires de l’orge subventionnée, dont la ration a été fixée en 2008 à 10 kg/mois pour les ovins. Par ailleurs, le MADR travaille actuellement sur le développement de la filière d’élevage camelin. 

Ainsi, le cap a été mis sur la préservation des races nationales dans cette filière, qui compte 400 000 têtes, dont 300 000 chamelles. Il s’agit aussi d’assurer la gratuité des traitements aux éleveurs et de leur distribuer de l’orge subventionnée à raison de 2 kg/ tête. Les acteurs de la filière cameline, qui contribue à la production de 14 700 tonnes de viande rouge et 66 millions de litres de lait, ont également la possibilité d’exporter ce produit. 

L’activité n’est pas interdite, selon le ministre, à condition que les autorisations nécessaires soient demandées auprès du ministère et que les certificats vétérinaires soient obtenus conformément aux exigences de l’Organisation mondiale de la santé animale. 

Au plan de la santé animale, l’on relève l’acquisition d’antibiotiques pour une valeur de 200 millions de dinars et des médicaments contre les maladies parasitaires d’une valeur de 9 millions de dinars. Un programme pour l’achat de médicaments contre la trypanosomiase pour un montant de 104 millions de dinars est en cours d’être mis en place.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.