L’Ambassadeur de l’UE à Alger a inauguré hier le premier laboratoire spécialisé en oléiculture : «L’agriculture est un secteur-clé de la coopération Algérie-UE»

14/12/2023 mis à jour: 18:37
3922
Photo : D. R.

Un fort apport est attendu de ce laboratoire désormais opérationnel dans la station de l’Institut technique de l’arboriculture fruitière et de la vigne (ITAFV).

Après cinq ans de mise en œuvre sur le terrain et des réalisations au profit de la filière oléicole, une autre étape, et non des moindres, a été franchie hier dans le Programme d’appui au secteur de l’agriculture en Algérie (PASA) concernant la partie consacrée à cette filière, PASA-Pôle Soummam.

L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Algérie, Thomas Eckert, a, en effet, inauguré le laboratoire d’analyses oléicole de Takerietz (Béjaïa) dans le cadre de ce programme de partenariat avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

«Avec ce laboratoire, nous arrivons à la fin de notre engagement de 5 ans dans le cadre du programme PASA-Pôle Soummam, financé par l’UE à près de 6 millions d’euros», a déclaré l’ambassadeur de l’UE, précisant que le coût global des investissements de l’UE dans l’agriculture a atteint ces dernières années 30 millions d’euros.

Les filières pommes de terre et dattes ont également bénéficié d’appui. «L’agriculture est un secteur-clé au cœur de la coopération algéro-européen (UE) et le PASA est l’un des meilleurs programmes que nous avons lancés.»

En attendant d’autres projets dans d’autres filières, l’UE espère que ce laboratoire permettra d’exploiter le potentiel «énorme» de l’Algérie dans l’oléiculture pour conquérir le marché européen. Un fort apport est attendu de ce laboratoire désormais opérationnel dans la station de l’Institut technique de l’arboriculture fruitière et de la vigne (ITAFV).

C’est en fait le premier laboratoire complet spécialisé en oléiculture mis à disposition de tous les professionnels de la filière. Ayant bénéficié du soutien financier de l’UE et de la mise en œuvre par Expertise France, avec la coordination de l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie (INRA), cette structure, située au cœur de la zone de production, dans l’écrin de la ferme de démonstration de Takerietz (Sidi Aïch), est appelée à contribuer au développement de l’économie oléicole.

Et ce, d’autant qu’il s’inscrit dans le renforcement en cours de la chaîne de valeur de la filière «Huile d’olive algérienne, vierge et vierge extra», la montée en gamme et la reconnaissance des huiles d’olive algériennes de qualité sur le marché domestique et les marchés internationaux.

Une manière de renforcer le contrôle des huiles commercialisées sur le marché national et de donner plus de visibilité pour ce produit algérien à l’export, ce qu’a souligné l’ambassadeur de l’UE.

«Grâce aux activités menées en partenariat avec les partenaires algériens, nous avons pu former un nombre important d’acteurs dans le secteur et nous espérons contribuer ainsi à une amélioration significative de la qualité de l’huile d’olive algérienne pour lui donner de meilleures perspectives à l’export», a-t-il indiqué à cet égard, non sans relever le rôle de l’ingénierie algérienne mobilisée par le PASA à travers l’assistance à toutes les étapes du projet.

Le laboratoire se veut en somme, selon les parties qui ont contribué à l’aboutissement de ce projet (la structure existait déjà), comme une référence nationale. Il bénéficiera d’une accréditation à travers l’Organisme national d’accréditation (Algerac) (pour ses trois laboratoires) et l’agrément du Conseil oléicole international (COI). Pour Khaled Rebiha, directeur de l’ITFV, c’est «un site oléicole unique de rayonnement national».

La structure de Takerietz, qui dispose d’une collection de 159 variétés, dont 35 algériennes sur 12 hectares environ, une unité d’extraction d’huile d’olive, ainsi qu’une station de compostage des grignons, est conçue pour effectuer l’ensemble des analyses qualitatives de l’huile d’olive, et ce, suivant la norme commerciale. Elle compte actuellement trois unités et permet la réalisation sur place des analyses sensorielles, physicochimiques et zéro résidu chimique.

La refondation des laboratoires physico-chimiques et d’analyse sensorielle permettra globalement d’améliorer la caractérisation des huiles produites dans la région et de diffuser la culture de l’analyse chez les professionnels, préalable indispensable à la montée en qualité de l’huile d’olive. Ce qui renforcera également les capacités de projection à l’export des mouliniers et facilitera la recherche sur l’oléiculture en Algérie.

Ce nouveau laboratoire servira par ailleurs de fer de lance dans la politique de dégustation scientifique des huiles d’olive, la création de nouveaux panels de jurys et la quête de l’excellence oléicole basée sur les variétés, les terroirs et le savoir-faire de ce secteur. En marge de cette inauguration, la nouvelle édition du catalogue des variétés d’olive a été présentée.

Le laboratoire géré par une expertise algérienne

Le laboratoire oléicole de Takerietz permettra aux agriculteurs et professionnels en oléiculture de faire les analyses de leurs huiles à l’intérieur du pays pour pouvoir les commercialiser dans les normes, voire de les exporter.

Le choix d’établir ce laboratoire au sein de l’établissement public ITAFV de Takerietz a été arrêté, selon Olivier Rives de France Expertise et coordinateur du PASA Pôle-Soummam, suite à un diagnostic participatif effectué en 2019. D’abord pour sa longue expérience dans le domaine scientifique et technique ainsi que dans la formation continue, notamment dans la spécialité oléicole.

Pour son savoir et son expérience reconnus par tous les professionnels de la filière sur l’ensemble du territoire national. D’autant que la station est sise en plein milieu du plus grand verger d’oliviers à l’échelle nationale. Le personnel est constitué d’ingénieurs technologues expérimentés formés aux hautes techniques internationales de laboratoires.

Trois anciens techniciens laborantins de l’ITAFV vont faire démarrer les analyses et un quatrième, qui est en formation en sensorielle, va les rejoindre prochainement. Quant à la gestion, ils sont cinq dans les différentes spécialités en ISO 17025, ISO 31000, ISO 19019, calcul des incertitudes et de la validation des méthodes. Nasser Arbane

Copyright 2024 . All Rights Reserved.