L’Algérie succède au Niger à la tête du CEMOC : Redynamiser la coopération sécuritaire régionale

30/11/2023 mis à jour: 06:42
4047
Photo : D. R.

L’Algérie œuvre par ce mécanisme à fédérer les efforts de lutte contre le terrorisme à travers une meilleure coordination des interventions sur le terrain.

L’Algérie succède au Niger à la tête du Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cemoc). La passation de la présidence tournante du Conseil entre les deux pays s’est faite lors de la session extraordinaire du Conseil des chefs d’état-major des pays membres qui s’est tenue mardi à Alger.

Une session à laquelle ont pris part, aux côtés du général d’armée Saïd Chanegriha, chef d’état-major de l’ANP, le général de Brigade Moussa Salaou Barmou, chef d’état-major des armées nigériennes et président en exercice du Conseil des chefs d’état-major du Cemoc, le général de Division Oumar Diarra, chef 
d’état-major général des armées maliennes, le général de Brigade Mohammed El Mokhtar Cheikh Menni, chef d’état-major de l’armée de terre mauritanienne.

Cette session extraordinaire intervient dans un contexte régional incertain, marqué par l’instabilité que connaissent deux membres du Cemoc, à savoir le Mali et le Niger, qui peinent à se remettre des coups d’Etat opérés respectivement en mai 2021 et en juillet 2023. Cette instabilité profite particulièrement aux groupes terroristes qui redoublent d'actes de nuisance dans la région.

D’où donc la nécessité d’accroître la coopération sécuritaire entre les pays membres de ce cadre de haut niveau de coopération sécuritaire. L’Algérie, faut-il le préciser, dispose d’une longue frontière de plus de 2800 km avec les trois autres pays membres du Cemoc. La réunion d’Alger a été, comme l’a souligné le ministère de la Défense nationale dans un communiqué, «une opportunité pour les chefs des délégations d’exposer et d’échanger les analyses et points de vue sur le contexte prévalant dans la zone d’intérêt ainsi qu’au niveaux régional et international».

Cette rencontre constitue «une occasion pour évaluer, de manière objective, les enjeux sécuritaires auxquels est confrontée notre région et coordonner, avec efficacité et engagement, les efforts déployés, pour permettre de prendre les décisions nécessaires afin d’atteindre les objectifs sécuritaires tracés par nos pays», a affirmé le chef d’état-major de l’ANP qui s’est félicité de l’entérinement en octobre dernier des textes régissant ce comité.

Des textes qui vont «dans le sens de la promotion de la coopération sécuritaire et la coordination des actions de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée transfrontalière». Le général de corps d’armée Saïd Chanegriha a réitéré, dans ce contexte, «l’engagement de l’ANP à poursuivre la lutte contre tous les fléaux qui menacent la région, en coordination avec tous ses partenaires au sein du Cemoc». L’Algérie œuvre ainsi, par ce mécanisme, à fédérer les efforts de lutte contre le terrorisme à travers une meilleure coordination des interventions sur le terrain.

Il est ainsi impératif d’insuffler une nouvelle dynamique à ce cadre de haut niveau de coopération sécuritaire dans la sous-région sahélo-saharienne et de donner une meilleure visibilité et efficacité à l’action commune. Une dynamique qui a été parasitée, au cours de ces dernières années, par un autre cadre de coopération régional, à savoir le G5 Sahel.

Ce cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, qui regroupe la Mauritanie, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad, a été créé sur proposition de la France pour soutenir ses forces armées présentes dans cette région.

Le G5 est devenu inopérant depuis que le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont créé l’Alliance des Etats du Sahel (AES). Avec la nouvelle donne régionale, le Cemoc constitue aujourd’hui un levier sécuritaire important au Sahel.

Chanegriha reçoit le directeur du Service Fédéral de la Coopération Militaire et Technique russe

Le général d'armée Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a reçu, hier à Alger, le directeur du Service fédéral de la Coopération militaire et technique de la Fédération de Russie, Dmitri Chugaev, a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

«Monsieur le Général d'Armée Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'ANP, a reçu en audience, aujourd'hui mercredi 29 novembre 2023, au siège de l'Etat-Major de l'ANP, M. Chugaev Dmitri, directeur du Service fédéral de la Coopération militaire et technique de la Fédération de Russie, et ce, en marge de la 21e session de la Commission mixte intergouvernementale algéro-russe, chargée de la coopération militaire et technique, qui s'est tenue à Alger du 25 au 29 novembre 2023», a précisé le communiqué.

Cette rencontre, à laquelle ont pris part des officiers généraux du ministère de la Défense nationale et de l'état-major de l'ANP, a été «une opportunité pour les deux parties de passer en revue l'état de la coopération militaire et les voies de sa diversification dans des domaines d'intérêt commun», a ajouté la même source, soulignant qu'à l'issue de cette rencontre, les deux parties ont échangé des présents symboliques. (APS)

Copyright 2024 . All Rights Reserved.