La protection civile algérienne : Un parcours et une expérience à géographie variable

06/03/2023 mis à jour: 07:18
2507

De par sa force d’anticipation et son efficacité, la Protection civile algérienne est devenue un gage solide en termes de sécurité, dépassant même les frontières de l’Algérie. Autant dire que nos sapeurs-pompiers, à la réputation bien établie, ont atteint un profil abouti. D’abord pour leur réflexe rapide à s’engager dans le secourisme des catastrophes naturelles en Algérie ou ailleurs, mais qui plus est, ils font preuve d’un professionnalisme de haut niveau et d’une assistance effective, qui en disent long sur leur formation qualifiée et leur capacité à intervenir dans des opérations de sauvetage sur des lieux bien souvent difficiles et à risque. Au point d’ailleurs où l’Organisation internationale de la Protection civile (OIPC) compte l’Algérie parmi les pays leaders en la matière et évalue à juste titre l’apport des secouristes algériens dans la gestion des catastrophes naturelles. L’OIPC a même reconnu la perspicacité, l’efficacité et le courage des Algériens sur les terrains les plus divers.

L’obtention de «la certification aux normes internationales Insarag (Groupe consultatif international de recherche et de sauvetage) en zones urbaines sous l’égide des Nations unies» habilite la PC nationale à participer aux opérations d’intervention et d’aide dans les diverses catastrophes majeures dans le monde. Le tout dernier épisode du séisme qui a touché la Turquie et la Syrie est révélateur de ses qualités indéniables. Nos secouristes nationaux étaient les premiers à avoir sillonné les régions sinistrées en vue de participer, aux premières heures du séisme qui a affecté ces deux pays, au sauvetage des vies et le dégagement des cadavres enfouis sous les décombres.

Mais comment cela a été possible ? Depuis 1964, date de sa création, la Protection civile a travaillé et peaufiné son expérience dans plusieurs domaines, notamment suite à la restructuration des collectivités locales. Il est aussi utile de revoir au passage toutes les expériences acquises par ce corps. En commençant par ses expériences à l’échelle nationale. La première grande expérience des secouristes algériens fut le violent tremblement de terre qui a touché la ville d’El Asnam (Chlef) en 1980, dont le bilan fut catastrophique et ayant enregistré plus de 5000 morts et plusieurs milliers de blessés, ainsi que plus de 400 000 personnes sans abri. En novembre 2001, la Protection civile nationale a fait face à une autre catastrophe naturelle : les inondations qui ont frappé le cœur battant de la ville d’Alger à Bab El Oued. Là encore, ce fut un autre défi contre la nature que les secouristes algériens devaient relever. Le bilan des pertes humaines fut certes élevé, avoisinant les 800 morts, mais les exploits de nos pompiers ont permis de sauver des milliers de vies humaines. A peine deux ans après, la Protection civile devait faire appel à son expérience acquise durant le séisme d’El Asnam pour intervenir lors du tremblement de terre qui a anéanti la ville de Boumerdès en 2003 et qui a fait environ 3000 morts. L’expérience du corps des pompiers se traduit également par son secourisme durant les inondations qui ont touché la ville de Ghardaïa (sud du pays) en octobre 2008.

La Protection civile a fait face également au phénomène des feux de forêt. L’intervention des éléments de ce corps de secours durant les feux de forêt qui ont ravagé plusieurs wilaya du pays en été 2021, à leur tête la wilaya de Tizi Ouzou, leur a permis d’élargir leurs compétences à tous les niveaux.  A l’échelle mondiale, la Protection civile nationale a répondu présente aux appels venant du Mexique, d’Inde, d’Egypte, du Soudan, du Népal de l’Iran, de la Grèce, de la Turquie et de la Syrie, lesquels ont connu des catastrophes graves, telles que les séismes, les inondations et les incendies.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.