Invitée à se produire au 7e Festival In Voce Veritas en France : La soprano Amel Brahim Djelloul campe Lucrezia, la dame romaine

23/03/2024 mis à jour: 02:12
2407

Après s’être produite le 19 mars à Douvres-la-Délivrande, en région de Normandie, dans le programme «Populaires» avec le virtuose pianiste Nicolas Jouve, la soprano Amel Brahim-Djelloul est invitée le 24 mars à s’exprimer dans son art vocal, et ce, dans le cadre du 7e Festival In Voce Veritas (Dans la voix de la vérité), qui se tiendra dans le Domaine Lyon Saint-Joseph (Francheville), un lieu niché dans un écrin de verdure, propice à la détente et à la réflexion.

La cantatrice algérienne invitera donc son public une nouvelle fois à embarquer pour un voyage où la voix est l’élément central. Sous la direction de Jéröme Correas, Amel Brahim-Djelloul et Les Paladins, offriront aux fans de l’art lyrique, dans un opéra miniature, une passionnante exploration musicale des sentiments humains avec deux cantates. 

La première œuvre s’intitule Lucrezia (dame romaine) un des opus les plus populaires du compositeur saxon, Georg Friedrich Haendel, écrit au début du XVIIIe siècle dans la mouvance de l’art baroque, suivie de la partition d’inspiration toujours baroque sous le titre La Lucretia Romana, du compositeur Alessandro Scarlatti. Fortement sollicitée dans les grands opéras et autres manifestations musicales, la chanteuse lyrique Amel Brahim-Djelloul donnera un autre concert le 27 du mois en cours à Colmar où elle déclinera l’œuvre Requiem de Gabriel Fauré avant de se produire les 9 et 10 avril à Lyon pour chanter les Noces de Figaro avec l’Orchestre de chambre de Lyon. 

Reconnue comme l’une des cantatrices les plus talentueuses de sa génération, avec une qualité de voix riche et ensoleillée, la cantatrice Amel, fière de ses origines, compte plusieurs opus à son actif dont Les Chemins qui montent – un clin d’œil à l’œuvre romanesque de l’écrivain Mouloud Feraoun ! – sorti en automne de l’année 2022, œuvre qui alterne entre classique et chant a capella. La chanteuse lyrique a aussi consigné une compilation musicale sous le titre Les 1001 nuits de la princesse Boudour, puisé à partir d’élégies d’inspiration orientale très rarement interprétées et enregistrées. 

Rappelons que Amel Brahim-Djelloul, qui a débuté l’apprentissage du chant en 1995, à Alger, dans la classe d’Abdelhamid Belferouni, a vite gravi les échelons avant d’être nommée aux Victoires de la Musique classique 2007 dans la catégorie Révélation artiste lyrique. 

Une année plus tard, elle met dans le bac un recueil intitulé Amel chante la Méditerranée dans lequel elle égrène des pans de souvenirs de l’Andalousie, grâce à l’ensemble Amedyez, composé de différents musiciens qui croisent la musique symphonique avec les partitions traditionnelles. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.