Industrie mondiale du pétrole et gaz : La lourde menace du sous-investissement

09/08/2023 mis à jour: 11:46
2332
Les pays producteurs d'hydrocarbures invitent les nations consommatrices à investir dans la production

De nombreux défis se posent actuellement au secteur énergétique mondial, car depuis 2014, il y a eu une réduction de près de moitié des investissements annuels dans le secteur du pétrole et du gaz, avertit Octavio Simoes, PDG de la société américaine de gaz naturel Tellurian INC. 

«Les défis auxquels est confrontée l'industrie mondiale du gaz naturel aujourd'hui ne sont pas simplement le produit de la récente volatilité des prix – notamment en Europe et en particulier depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie – mais du sous-investissement chronique dans de nouveaux approvisionnements», déclare le même responsable dans une interview à NGW. 

«On a tendance à se concentrer uniquement sur la production d'électricité, qui ne représente que 25%, sans se rendre compte de l'importance du pétrole et du gaz dans des domaines comme les engrais et la production d'acier et de béton et d'autres processus et matériaux», ajoute-t-il. 
 

Dans les mois qui ont précédé la guerre en Ukraine, en février 2022, et certainement dans les mois qui ont suivi, l'attention mondiale est passée des préoccupations environnementales aux inquiétudes concernant la sécurité de l'approvisionnement,  ajoute le même responsable. 

Dans un effort pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat, des économies à travers le monde tentent de se détourner des combustibles fossiles pour se concentrer sur l'électricité – et de nouvelles façons plus vertes de produire de l'électricité – sans vraiment se rappeler à quel point le pétrole et le gaz sont intégrés dans les économies mondiales, fait observer Octavio Simoes. 
 

L'Allemagne est devenue la tête d'affiche de ce dilemme énergétique. Dans une hâte de redorer son image environnementale, l'Allemagne a fermé des centrales au charbon et des installations nucléaires, et s'est tournée directement vers les énergies renouvelables pour répondre à ses besoins. 
 

Mais cette dépendance trop ambitieuse à l'éolien et au solaire a lamentablement échoué, et dans un environnement de pénurie d'approvisionnement, lorsque le gaz russe a disparu, l'Allemagne s'est retrouvée à augmenter ses capacités d'importation de GNL et à redémarrer certaines centrales électriques au charbon, souligne Octavio Simoes. 
 

Mais l'Allemagne n'était pas seule dans la ruée vers la sécurisation de l'énergie, quel qu'en soit le coût financier ou environnemental, a ajouté Simoes. 
 

«Le GNL a été détourné vers l'Europe au détriment du Bangladesh. Le Pakistan a abandonné le gaz pour revenir au charbon et d'autres économies d'Asie du Sud-Est ont dû sérieusement se demander si elles pouvaient vraiment investir dans  la décarbonisation.» «Donc, quand nous regardons les statistiques, non seulement les objectifs de décarbonisation ne sont pas atteints, mais ils sont en fait aggravés, car les émissions de 2021 étaient les plus élevées, les émissions de 2022 étaient supérieures à 2021 et 2023 sera plus que 2022», a déclaré Simoes. 

Dans un climat d'augmentation de la demande, a-t-il dit, le secteur du GNL est également confronté à des défis pour attirer des financements pour ajouter de nouvelles capacités,  en raison de la volatilité des prix. 

Le modèle de financement séculaire, basé sur des facteurs de capacité de 100% et une redevance fixe pour la liquéfaction, ne fonctionne plus, car la hausse des coûts a poussé la redevance fixe beaucoup plus haut que ce que le marché est prêt à payer, et les projets ne peuvent pas être financés.
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.