Il est exigé pour accéder aux manifestations et activités sur les campus : Le pass sanitaire élargi à l’université

20/01/2022 mis à jour: 02:01
701
Université Salah Boubnider Constantine 3 / Photo : D. R.

Le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, dans sa stratégie pour briser la chaîne de la propagation du Sars-CoV-2, a lancé une vaste campagne de vaccination au profit de la communauté universitaire, à savoir enseignants, étudiants et personnel administratif.

Face au relâchement manifeste dans le respect des gestes barrières, auquel s’ajoute une campagne de vaccination infructueuse, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) opte pour l’instauration du pass sanitaire sur les campus.

Dans une correspondance, datant du 18 janvier et adressée aux responsables des établissements universitaires et ceux des œuvres universitaires, le secrétaire général du MESRS, Noureddine Ghouali, instruit ces derniers pour l’instauration du pass sanitaire lors des manifestations scientifiques, culturelles et sportives, dont les séminaires et autres conférences en milieu universitaire.

«En application du décret n° 21-544 du 28 décembre 2021 portant institution d’un pass sanitaire, notamment dans son article 6, et dans le cadre des efforts de lutte contre la propagation du coronavirus et à l’effet de protéger la communauté universitaire, je vous demande de prendre toutes les dispositions nécessaires pour imposer le pass sanitaire anti-Covid lors des différentes activités relatives aux rencontres et conférences et les manifestations culturelles et sportives en milieu universitaire», indique le document.

A rappeler que ledit décret a été publié au Journal officiel du 29 décembre 2021, où il est précisé que ce document est exigé aux frontières pour l’entrée et la sortie du territoire national, mais aussi pour l’accès à certains endroits et édifices. Il est question des espaces accueillant des rencontres, des compétitions sportives, des célébrations et événements à caractère national et local, à l’image des Salons et des foires.

Cette nouvelle disposition pourrait être interprétée comme étant un premier pas vers l’élargissement du pass sanitaire à toutes les activités pédagogiques universitaires. Une solution que certains ont préconisée, particulièrement depuis que le pays fait face à une flambée des cas Covid-19. Rien que pour la journée de mardi, 810 cas ont été confirmés, dont bon nombre infectés par le variant Omicron.

Les établissements universitaires ne sont pas épargnés par ce regain de contaminations. Certains d’entre eux n’ont eu d’autre alternative que de suspendre les cours pour une journée afin de procéder à la désinfection des locaux.

Nouvelle campagne de vaccination

Lundi dernier, le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, dans sa stratégie pour briser la chaîne de la propagation du Sars-CoV-2, a lancé une vaste campagne de vaccination au profit de la communauté universitaire, à savoir enseignants, étudiants et personnel administratif. En parallèle, des actions de sensibilisation ont été menées au sein de la communauté.

Cette opération concerne, dans un premier temps, 15 universités réparties sur le territoire national. Pour la région Centre, la vaccination s’effectue dans les universités d’Alger 1, 2 et 3, à l’Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB), aux Ecoles normales supérieures (ENS), à l’université Blida 1, celles de Laghouat et de Béjaïa.

A l’Est, cette mission est confiée à l’université Constantine 3, Sétif 1, l’université de Annaba, Batna 1 et l’université de Biskra. Pour la région Ouest, elle se fait au niveau de l’université Oran 2, celles de Mostaganem, Chlef, Béchar et Adrar.

L’affluence sur les centres de vaccination, selon des recoupements d’informations, reste timide, voire insignifiante, sur l’ensemble des sites concernés. Selon le directeur de la formation supérieure au ministère de tutelle, le taux de vaccination du corps enseignant et personnel universitaire est de 20%.

Djamel Boukezzata, en donnant le coup d’envoi de cette campagne de vaccination à partir de l’université Constantine 3, l’a estimé 5 fois moindre que celui des étudiants.

Des statistiques au demeurant négligeables pour atteindre une quelconque immunité collective. Inverser la tendance pourrait survenir à l’instauration du pass sanitaire qui obligera les réfractaires à se faire administrer le vaccin anti-Covid. Seule certitude pour l’heure est que, désormais, ce sésame pour assister aux activités universitaires pourrait réussir à renforcer le camp des vaccinés. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.