Formation professionnelle : Aller vers une meilleure adéquation formation-emploi

01/02/2024 mis à jour: 08:16
649
Les entreprises ont un rôle central à jouer dans la conception des programmes de formation - Photo : D. R.

Les pouvoirs publics accordent un intérêt particulier au secteur de la formation et de l’enseignement professionnels, qui est d’une importance stratégique pour l’accompagnement du développement socioéconomique du pays.

La formation professionnelle occupe une place centrale dans le paysage économique actuel, offrant des opportunités cruciales, la croissance des entreprises et la prospérité économique. Elle vise une adaptation rapide aux évolutions du marché du travail, une flexibilité nécessaire pour suivre les transformations sectorielles préparant les personnes s aux défis émergents.

Telles sont les grandes conclusions des travaux de la journée d’étude sur «La relation entre le secteur de la formation professionnelle et le partenaire économique», organisée mardi à Alger par le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels.

Elle s’inscrit dans le cadre de la nouvelle approche adoptée ces dernières années, notamment en matière de développement de la formation par l’apprentissage, à travers la contribution directe et efficace des entreprises économiques, publiques et privées, à la formation, pour une meilleure adéquation «formation-emploi».

Ainsi, la formation professionnelle ne doit plus être perçue simplement comme un choix par défaut mais comme un itinéraire concret vers le monde du travail.

Cette journée d’étude avait comme ambition de développer et renforcer la relation de la formation et l’enseignement professionnels avec le partenaire économique, assurer une prise en charge optimale des opérations de formation, répondre aux besoins du marché de l’emploi, amener les entreprises économiques à contribuer à l’élaboration et à l’actualisation des programmes de formation, définir les besoins des entreprises économiques en main-d’œuvre qualifiée et conclure des conventions entre le secteur et les entreprises économiques pour promouvoir les capacités de la formation par l’apprentissage, étant le mode formation le plus proche du monde du travail.

«Les entreprises ont un rôle central à jouer dans la conception des programmes de formation. Leur implication garantit que les compétences enseignées sont en phase avec les exigences réelles du marché du travail», ont insisté plusieurs intervenants.

Dans ce contexte et parmi les recommandations figure le rôle capital que pourra jouer «le Conseil de partenariat national, qui réunit le secteur de la formation et les institutions économiques, ainsi que les différentes commissions de partenariat des wilayas, pour une mise à jour continue de la nomenclature des filières et des spécialités, en la rendant constamment réactive aux besoins du marché du travail et des acteurs économiques».

Les participants ont souligné, en outre, «la nécessité de soutenir les institutions économiques pour le mode de formation par apprentissage, qui offre aux stagiaires l’opportunité de recevoir une formation pratique et d’acquérir des connaissances professionnelles».

Les mêmes recommandations ont mis l’accent sur «la nécessité de promouvoir les moyens de coopération à travers des accords, des visites et des activités communes entre le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels et l’industrie, afin de réaliser des objectifs communs qui contribuent au développement national».

Dans un monde en constante mutation, où les avancées technologiques redéfinissent la façon de travailler, la formation professionnelle émerge aussi comme le catalyseur essentiel du renouveau économique.

Cette nouvelle stratégie est un axe de fond de la politique du gouvernement. Les pouvoirs publics accordent un intérêt particulier au secteur de la formation et de l’enseignement professionnels, qui est d’une importance stratégique pour l’accompagnement du développement socioéconomique du pays.

Cela ce traduit concrètement sur le terrain par l’octroi de moyens nécessaires à la prise en charge de la formation d’une ressource humaine qualifiée pour les besoins du marché du travail, et du perfectionnement et du recyclage des travailleurs pour permettre l’amélioration de leur employabilité et la compétitivité des entreprises.

Elle couvre plus 68% de l’offre globale dans les spécialités prioritaires des filières industrielles, de l’agriculture et de l’agroalimentaire, du bâtiment et des travaux publics, de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat ainsi que les filières des technologies de l’information et de la communication. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.