Elles ne sont pas visibles sur le terrain : Quid des mesures anti-Covid ?

04/01/2022 mis à jour: 23:44
736

Le gouvernement lance un appel aux citoyens et citoyennes à prendre la juste mesure de l’inquiétante situation sanitaire de par le monde et de la menace d’un rebond des cas de contaminations qui risque de nous exposer aux difficiles situations que nous avons vécues lors de la troisième vague de cette épidémie.

Que deviennent les mesures anti-Covid annoncées par le gouvernement ? Censées contrer la quatrième vague de la pandémie du coronavirus, elles ne sont pas visibles – ou si peu – sur le terrain. Parmi les mesures phares annoncées par le gouvernement, figurent notamment l’instauration par étapes du pass sanitaire, l’intensification de la campagne de vaccination ainsi que la réactivation des opérations de contrôle afin de s’assurer du strict contrôle des mesures barrières.

Les mesures devaient venir en réponse à ce qui était considéré comme «un grand laxisme» observé chez nos concitoyens par rapport au respect des mesures de prévention et des différents protocoles sanitaires d’une part et du faible taux de vaccination d’autre part.

Aussi le pass sanitaire est-il désormais obligatoire pour entrer et sortir d’Algérie, accéder aux stades de football et lieux où se tiennent des activités sportives, les salles de sport et les piscines, les espaces et les lieux où se tiennent les conférences, les congrès et les rencontres, les salles de cinéma, les musées, les théâtres et autres salles d’exposition, les espaces et les lieux où se déroulent des festivités et des événements à caractère national et local, les salles, les Salons et les foires et enfin les hammams et les salles des fêtes.

Le pass vaccinal a été instauré dans le but de booster une campagne de vaccination à la traîne depuis plusieurs mois. Le dernier revers a été enregistré lorsque le ministère de l’Education a avancé la date des vacances scolaires hivernales afin de permettre le lancement d’une campagne de vaccination «de grande envergure» du personnel du secteur. L’opération a eu des résultats des plus mitigés.

Car au moment où la campagne de vaccination patinait, les parents et leurs enfants qui profitaient de leurs vacances se sont rués – et c’est fort légitime – sur les parcs d’attraction et les centres de loisirs. La décision d’imposer le pass vaccinal était arrivée quelque peu en retard, presque à la fin des vacances scolaires.

Et même, la décision de l’Etat de faire imposer le respect des mesures barrière n’a pas été réellement appliquée. Résultat : partout, les gestes barrières, mesures pourtant prônées et martelées depuis plus de deux ans par les autorités sanitaires, étaient peu respectées. Dans les commerces, cafés et restaurants, le masque a quasiment disparu au même titre que la distanciation sociale. Même dans les transports en commun, beaucoup de passagers ont renoncé à porter le masque.

Les bus, notamment ceux du privé, sont pleins à craquer, au mépris des règles de protection. En théorie, les services du Premier ministre avaient annoncé, dans un communiqué publié le 25 décembre, la réactivation des «opérations de contrôle afin d’assurer le strict respect des mesures prises, notamment le port obligatoire du masque, l’hygiène des mains et la distanciation physique», ainsi que la «stricte application des divers protocoles sanitaires, avec la mise en place ferme de sanctions administratives et pénales à l’encontre des contrevenants».

Dans les faits, il apparaît que les services de police – et malgré les consignes – ne veillent plus à l’application de la loi concernant les protocoles sanitaires. Le gouvernement en appelle ainsi à «la responsabilité» et à «l’engagement» des citoyens algériens.

«Aggravée par l’apparition du nouveau variant Omicron qui connaît une très forte expansion dans beaucoup de pays dans le monde, la situation épidémiologique commande aujourd’hui l’engagement de tous les citoyens à soutenir l’effort national de lutte contre cette épidémie mondiale par la poursuite du respect des gestes barrières en particulier pour ce qui est de l’exigence du port obligatoire du masque de protection, les mesures d’hygiène et la distanciation physique, mais également par la vaccination qui reste le meilleur moyen de prévention pour prémunir nos concitoyens de la gravité des effets de cette pandémie», pouvait-on lire dans le communiqué du Premier ministre.

Le gouvernement lance ainsi un appel aux citoyens et citoyennes à prendre la juste mesure de l’inquiétante situation sanitaire de par le monde et de la menace d’un rebond des cas de contaminations risquant de nous exposer aux difficiles situations que nous avons vécues lors de la troisième vague de cette épidémie.  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.