Drame À Aïn Abid (Constantine) : Une femme tuée et un policier dans un état comateux

21/03/2023 mis à jour: 05:55
20677
Photo : D. R.

C’était l’horreur, hier, dans la ville de Aïn Abid, chef-lieu de commune situé à  40 km au sud-est de Constantine. Les habitants se sont réveillés tôt le matin sur des informations ayant circulé comme une traînée de poudre au sujet d’un terrible crime, impliquant un élément de la sûreté de wilaya.

Selon les éléments d’information que nous avons pu recueillir, l’incident est survenu dans la nuit de dimanche à lundi dans le quartier Gasmi de la ville de Aïn Abid, quand un père de famille a alerté les services de la sûreté et de la Protection civile vers 2h du matin. Affolé, l’homme est venu signaler un crime commis dans sa maison.

Une horrible scène de crime a été découverte sur les lieux. Une quinquagénaire a été retrouvée morte sur place. Selon des riverains, elle aurait succombé à ses blessures par balle. Son fils, un policier motard qui se rapproche de la trentaine a été également trouvé gravement blessé au niveau du crâne après avoir été atteint par balle.

Ce dernier a été évacué en urgence vers le CHU Dr Benbadis. Au moment où nous mettions sous presse, le policier se trouvait toujours dans un état comateux. Plusieurs hypothèses ont été avancées sur les circonstances de cet incident, dont le jeune motard de la police serait l’auteur.

Selon l’une d’elles, «le policier aurait abattu sa mère, puis il aurait tenté de se suicider en se tirant une balle dans la tête». «La balle a traversé son crâne, il faudrait un miracle pour qu’il échappe à la mort»,  déplore un des riverains. Selon les échos que nous avons pu avoir, l’arme du crime découverte sur les lieux n’était autre que le pistolet du policier.

Mais aucune de ces hypothèses ne peut être confirmée, tant qu’aucun témoin n’était présent lors de ce drame. Une enquête a été diligentée sur place par les services de sécurité, avec le prélèvement des empreintes et la collecte des éléments trouvés sur place.

Nous avons tenté d’avoir plus d’informations auprès des services de la sûreté de wilaya, mais en vain. Le chargé de communication a refusé de se prononcer tant que l’enquête est toujours en cours.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.