Dangers numériques

13/05/2024 mis à jour: 18:59
1007

Depuis des années, les services de la Sûreté nationale et de la Gendarmerie nationale ne cessent d’alerter sur les dangers de l’utilisation incontrôlée par les jeunes de smartphones et autres téléphones portables intelligents, dotés des fonctions d’un ordinateur.

Un usage qui dépasse de loin des «besoins» ordinaires, menant souvent vers les chemins risqués des réseaux sociaux, des jeux électroniques et des sites web inappropriés diffusant des contenus immoraux. La campagne de sensibilisation que les corps de sécurité ont menée du 5 au 10 mai, en collaboration avec les ministères concernés, les médias, les établissements scolaires et de formation professionnelle, ainsi que le mouvement associatif, a révélé que le danger est encore plus profond qu’on le croyait.

Des exemples ont été souvent apportés par des parents qui ont été surpris de recevoir des convocations pour apprendre que leurs enfants, souvent des mineurs, sont impliqués dans des affaires relevant de la cybercriminalité. Leur responsabilité pénale a été clairement engagée après l'identification de leurs puces qui portaient leurs noms et toutes leurs informations personnelles.

Le choc est difficile à contenir par ces pères et mères de famille, surtout que ces situations peuvent mener vers des poursuites judiciaires. Ces cas sont devenus, désormais, fréquents, car les parents sont tellement insouciants des risques que peut engendrer cette utilisation incontrôlée. Ce qui nécessite des campagnes de sensibilisation qui durent pendant toute l’année, pas uniquement d’une manière circonstancielle.

L’expérience et les études ont montré que la prolifération des jeux électroniques aux contenus délétères incite les jeunes à la violence, à l'utilisation d'armes blanches et même, dans certains cas, au suicide. Ce qui a été prouvé, sans évoquer les conséquences sur la personnalité du jeune ou de l’enfant qui a tendance à s’isoler pour vivre dans «un autisme virtuel».

La vérité est vraiment difficile à vivre, car la dépendance numérique aux jeux électroniques chez les jeunes a pris les allures d’un fléau des temps modernes en Algérie, sachant que les alternatives manquent beaucoup, notamment dans certaines régions où le smartphone est le seul moyen de distraction.

Les spécialistes n’ont cessé encore d’alerter contre les conséquences graves sur les jeunes enfants qui passent un temps excessif devant les écrans des smartphones, avec la baisse constatée des résultats scolaires, une difficulté d’établir des relations sociales équilibrées, des risques des troubles du développement mental, mais encore des états de nervosité et d’anxiété inquiétants pouvant influer gravement sur leur vie future. Ceci ne devra pas faire oublier les risques sur la santé, comme la baisse de la vue, la perte de l’appétit et les insomnies.

Des études réalisées par des psychologues ont montré que les scènes d’horreur que des enfants ont pris l’habitude de voir sur les smartphones ont provoqué l’apparition d’énurésie soudaine. Si la situation n’est guère rassurante, il ne sera pas utile d’incriminer les enfants et les jeunes qui sont victimes de cet usage excessif de la technologie numérique.

Il est tout à fait primordial que les parents, qui sont les premiers responsables de ce «désastre numérique», soient également sensibilisés sur les dangers qui menacent leur progéniture, par leur négligence et leur laisser-faire pour fuir leur mission de surveillance. L’Etat, de par son pouvoir de législation et de répression, est appelé aussi à assumer ses responsabilités envers ces parents «démissionnaires» pour faire face à des dérives pouvant mener à des drames.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.