Coopération et dialogue stratégique entre les deux pays : Alger et Washington intensifient leurs échanges

27/07/2023 mis à jour: 05:28
2177
Ahmed Attaf, ministre des Affaires étrangères s'entretenant avec Mme Michele Sison - Photo : D. R.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, a abordé avec la secrétaire d’Etat adjointe américaine en charge des organisations internationales, Michele Sison, sa visite prochaine à Washington à l’invitation de son homologue Antony Blinken.

La secrétaire d’Etat adjointe américaine en charge des organisations internationales, Michele Sison, était mardi dernier à Alger pour une visite d’une journée. Elle a été reçue par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf. Au cours de cet entretien, la responsable américaine a transmis un message de condoléances de son gouvernement suite aux tragiques feux de forêt ayant touché certaines wilayas du pays, a précisé un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Mme Sison a ensuite fait part des priorités de la candidate américaine à la Cour internationale de justice, Sarah Cleveland, dont les élections auront lieu le 9 novembre prochain à l’ONU. La secrétaire d’Etat adjointe américaine a, par la suite, abordé le dialogue stratégique entre l’Algérie et les Etats-Unis et les voies et moyens de le renforcer. Elle a ainsi émis le vœu de renforcer la coordination entre les deux pays au niveau des instances et organisations internationales comme le Conseil de sécurité de l’ONU au sein duquel l’Algérie siégera à partir de janvier 2024 en tant que membre non permanent après son élection en juin dernier.

Les deux parties ont également passé en revue la situation régionale, notamment dans les pays en crise comme la Libye, le Mali et le Soudan. Elles ont évoqué également les causes sahraouie et palestinienne.

Tout comme elles ont échangé leurs points de vue sur la situation sécuritaire dans la région du Sahel, qui fait face à une recrudescence des actes terroristes. La responsable américaine a exprimé «la considération des Etats-Unis et leur soutien aux efforts consentis par l’Algérie pour instaurer la stabilité et le développement dans son environnement proche et au niveau continental».

Les deux parties ont fait état de leur volonté politique et leur disponibilité à «renforcer la concertation et la coordination entre les deux pays, à chaque fois que les conditions s’y prêtent, en vue de contribuer aux solutions pacifiques et consensuelles, outre l’activation du rôle de l’action multilatérale face aux défis internationaux à caractère inclusif». Autre sujet discuté : la prochaine visite d'Ahmed Attaf à Washington à l’invitation de son homologue américain Antony Blinken.

Aucune date n’a été donnée pour le moment. Mais, dans sa lettre d’invitation, le secrétaire d’Etat américain a émis le vœu de voir cette visite se concrétiser dans «les délais les plus rapprochés». Cette visite sera l’occasion de tenir la sixième session du dialogue stratégique algéro-américain, mais aussi de faire une évaluation de l’état de la coopération multidimensionnelle entre les deux pays.

«Rapprochement inédit»

Pour Smail Chikoune, président du Comité d’amitié algéro-américaine, il y a «une étape de rapprochement inédite» entre l’Algérie et les Etats- Unis qui «va accroître la diversification en allant du politique vers l’économique en présence des entreprises américaines en Algérie». Ce rapprochement s’est traduit par une visite, le 30 mars 2022, du secrétaire d’Etat Antony J. Blinken en Algérie, où il s’est entretenu avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et l’ancien ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.

Les deux parties avaient abordé les questions relatives à la sécurité régionale, à la coopération économique et à la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Dans une déclaration à la presse à la fin de sa visite, M. Blinken avait affirmé que «les Etats-Unis et l’Algérie partagent une longue histoire – du traité de paix et d’amitié de 1795 à l’accueil des négociations pour libérer les otages américains de Téhéran en 1981 – et (nos) relations bilatérales continuent de prospérer».

Il avait assuré que la coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme est «la pierre angulaire des relations algéro-américaines», tout en soulignant «l’approfondissement des liens économiques et culturels» entre les deux pays.

Il faut souligner que Washington soutient l’approche algérienne en matière de lutte contre le terrorisme et ses sources de financements. Dans le cadre du renforcement de la coopération sécuritaire, une délégation interministérielle américaine, composée de hauts fonctionnaires aux départements d’Etat, de la Défense et du Trésor, a effectué une visite de travail de deux jours en Algérie les 5 et 6 juin.

Parmi les membres de cette délégation, il y avait Gregory LoGerfo, en charge de la lutte contre le terrorisme au Département d’Etat, David A.Cate, directeur principal des affaires africaines au département de la Défense, et Anna Morris, sous-secrétaire chargée des affaires mondiales au département du Trésor.

Cette délégation avait rencontré des responsables algériens au niveau des ministères des Affaires étrangères, de la Défense, de l’Intérieur et des Finances. «L’Algérie a une approche exhaustive de la lutte antiterroriste qui va au-delà de l’aspect sécuritaire et qui touche tous les autres facteurs connexes, favorisant ce fléau comme le sous-développement et la pauvreté.

Une approche stratégique perspicace que nous partageons pour relever les défis sécuritaires, qui se posent à la région», a déclaré David A. Cate, selon lequel les deux pays œuvrent au renforcement des relations de partenariat pour résoudre les problèmes sécuritaires dans le Sahel et l’Afrique de l’Ouest. 


 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.