Contrôle technique des véhicules : De nouvelles mesures en perspective

01/02/2024 mis à jour: 09:35
2069
Photo : D. R.

Dans le cadre du renforcement de la sécurité routière et afin de diminuer le nombre d’accidents sur nos routes, les autorités compétentes se sont penchées, durant la semaine dernière, sur le dossier ayant trait au contrôle technique des véhicules.

Renforcer les conditions de la circulation routière est devenu une condition sine qua non afin de réduire le nombre d’accidents sur les routes du pays qui enregistrent, disons-le, des chiffres alarmants sur le registre des mortalités. L’organisation du contrôle technique des véhicules automobiles est ainsi placée au cœur des préoccupations du gouvernement pour assurer une meilleure sécurité sur les routes nationales.

C’est dans ce sillage que le Premier ministre, Nadir Larbaoui, a présidé une réunion gouvernementale le 27 janvier 2024, au cours de laquelle il a tenu à mettre particulièrement l’accent sur le projet d’organisation du contrôle technique des véhicules automobiles. Un point important de l’ordre du jour a été consacré à l’examen de plusieurs projets de textes exécutifs relatifs à l’organisation du contrôle technique des véhicules automobiles.

L’objectif de ces initiatives est de réduire les accidents de la route en renforçant le contrôle technique des véhicules en circulation. Cette démarche s’inscrit dans la volonté du gouvernement de promouvoir la sécurité routière et d’adopter des mesures visant à améliorer les conditions de circulation sur les routes du pays.

Il est certes impératif de revoir périodiquement les conditions d’organisation des centres dédiés au contrôle des véhicules, dont ces derniers sont soumis à de nouveaux textes de loi visant à renforcer les contrôles, si bien qu’ils ne sont pas des paramètres freinant les hécatombes sur nos routes.

Néanmoins, il serait plus judicieux d’élargir ces mesures sur l’ensemble du parc roulant. Car actuellement, il y a bien une catégorie qui échappe toujours aux mailles du filet du contrôle des juridictions compétentes, à savoir les deux-roues.

Les deux roues toujours exemptés

A contrario des autres pays où la législation se durcit de plus en plus à l’endroit des conducteurs de moto, les utilisateurs de ce moyen de transport en Algérie continuent de profiter de toutes «les largesses» et «les vides» dans les textes de loi régissant la circulation des engins motorisés.

De manière plus appropriée, les usagers des deux-roues motorisées ne sont concernés ni par le contrôle technique périodique pour vérifier si ce moyen de transport est apte à rouler en toute sécurité et sans causer de dégâts, encore moins par la vignette de circulation qui est imposée obligatoirement pour les véhicules légers et lourds.

Pourtant, ces engins sont impliqués fortement, dans la majorité des cas, dans les accidents enregistrés quotidiennement sur nos routes, d’après les statistiques avancées par le ministère de l’Intérieur à travers ses corps de sécurité.

L’obligation de contrôle technique permettrait par ailleurs de réduire les nuisances sonores causées notamment par le débridage des moteurs, mais également celles liées à la pollution de l’air. Pour le moment, cette problématique, bien qu’importante, n’est toujours pas à l’ordre du jour des autorités compétentes. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.