Commerce mondial du gaz : Le secrétaire du GECF loue «le rôle considérable de l’Afrique»

12/03/2024 mis à jour: 14:08
1451
Photo : D. R.

Invité lors d’un événement organisé par «le Groupe des ambassadeurs africains» à Doha, au Qatar, le secrétaire général du GECF a prononcé une allocution dans laquelle il a notamment mis en avant les résultats importants du 7e Sommet des chefs d’État et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz qui s’est tenu du 29 février au 2 mars, à Alger.

Il a, en outre, souligné le rôle important des pays africains dans le paysage énergétique mondial et sa participation considérable dans le commerce mondial du gaz, en tant que «fournisseur majeur» de gazoduc et de GNL.

Le réseau de gazoducs en provenance d’Afrique du Nord constitue une voie d’approvisionnement cruciale pour le marché européen, tandis que la capacité d’exportation de GNL de la région contribue de manière significative au commerce mondial du GNL.

En outre, la production gazière de l’Afrique est appelée à devenir l’un des principaux moteurs de l’augmentation de l’offre mondiale de gaz naturel à moyen et long termes, souligne Mohamed Hamel.

Il indiquera que le Forum compte neuf pays du continent africain, soit près de la moitié des membres du GECF. «Collectivement, ces 9 pays détiennent plus de 15 000 milliards de mètres cubes de réserves prouvées de gaz, ce qui représente 94% des réserves de gaz de l’Afrique.

En outre, ces pays contribuent à la production annuelle de gaz de 245 milliards de mètres cubes, ce qui constitue 94% de la production totale de gaz du continent.»

Partenaires

Il soulignera l’adhésion récente de trois nouveaux pays africains au forum : la République du Mozambique, la République islamique de Mauritanie et la République du Sénégal. Il fera remarquer, cependant, que «la consommation d’énergie primaire de l’Afrique reste à un niveau relativement faible.

Le gaz naturel est la principale source de production d’électricité sur le continent, contribuant à hauteur de 40% au mix énergétique total. Les biocarburants et les déchets dominent la consommation finale d’énergie, à hauteur de 52%, tandis que le gaz naturel n’en représente que 8%.

Compte tenu des vastes réserves de gaz naturel en Afrique, il existe, sans aucun doute, un grand potentiel de croissance de la consommation de gaz naturel, ce qui pourrait contribuer à réduire la pauvreté énergétique et à favoriser le développement social et économique sur tout le continent», a noté le chef du GECF. Il ajoutera que le forum «se tient fermement aux côtés des partenaires africains pour relever ces défis», soulignant que le GECF «présente une opportunité unique de collaboration entre les pays membres dans divers segments des marchés du gaz.

Il sert de plate-forme d’échange d’expertise, de meilleures pratiques et de technologies, exploitant l’expérience collective pour favoriser le développement durable.» Le chef du GECF soulignera que le développement du dialogue avec les pays consommateurs d’Afrique fait également partie des ‘‘objectifs stratégiques’’ du forum.

Mohamed Hamel, qui a indiqué que le forum dévoilera aujourd’hui «la nouvelle édition du Global Gas Outlook» qui analyse les futures trajectoires énergétiques jusqu’en 2050, est revenu sur les résultats du Sommet d’Alger, le qualifiant de «grand succès», marqué par une participation sans précédent, avec pas moins de 19 pays membres, dont 10 étaient représentés par leurs chefs d’État.

De plus, quatre pays invités et cinq organisations intergouvernementales étaient présents, renforçant encore davantage l’importance de l’événement.

La Déclaration d’Alger, dont la devise a été «Le gaz naturel pour un avenir sûr et durable», a souligné, selon Mohamed Hamel, le rôle essentiel du gaz naturel dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations unies, la lutte contre le changement climatique et la facilitation de transitions énergétiques équitables, inclusives et ordonnées.

Il ajoutera que «la Déclaration réaffirme la souveraineté des pays membres sur leurs ressources en gaz naturel, tout en favorisant un dialogue fort et significatif avec les producteurs, les consommateurs et les autres parties prenantes concernées.

Il rappellera que le Forum d’Alger a notamment décidé d’améliorer la visibilité mondiale du GECF pour le positionner comme une plateforme de premier plan de dialogue et de coopération sur le gaz naturel. 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.