Centrafrique : l'ex-président Bozizé en exil condamné à la perpétuité pour «rébellion»

22/09/2023 mis à jour: 22:10
986
L'ancien président de la République centrafricaine François Bozizé à Bangui, le 27 janvier 2020

L'ancien président de la République centrafricaine, François Bozizé, actuellement en exil et chef de la principale coalition rebelle, a été condamné jeudi à la réclusion à perpétuité à Bangui. 

Cette condamnation concerne des chefs d'accusation tels que "complot" et "rébellion". Le jugement a été transmis à l'AFP par le ministère de la Justice. François Bozizé, qui avait pris le pouvoir par un coup d'État en 2003 avant d'être renversé par des rebelles dix ans plus tard, a été condamné par contumace, de même que deux de ses fils et vingt autres co-accusés, dont des chefs rebelles de premier plan.

Ils ont tous été reconnus coupables d'"atteinte à la sûreté intérieure de l'État" et d'"assassinats", selon le jugement lu par Joachim Pessire, Premier président de la Cour d'appel de Bangui, qui est compétente en première instance pour les affaires criminelles. Le jugement ne spécifie ni les crimes ni la période concernée. Âgé de 76 ans, François Bozizé avait trouvé refuge au Tchad jusqu'en mars 2023, date à laquelle il s'est exilé en Guinée-Bissau. Il est actuellement le coordinateur de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), la principale coalition rebelle centrafricaine formée en décembre 2020, qui poursuit une guérilla dans le nord du pays.

Parmi les condamnés figure Ali Darassa, chef militaire en fuite de l'Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), principale composante de la CPC. La République centrafricaine, l'un des pays les plus pauvres du monde, est en proie à une guerre civile depuis 2013, lorsque la coalition rebelle musulmane Séléka a renversé François Bozizé. Depuis lors, le pays a été le théâtre de violences et de conflits persistants, bien que l'intensité des combats ait diminué depuis 2018.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.