Bouira : Prolifération des chiens errants dans les zones urbaines

14/03/2024 mis à jour: 03:49
1271
Photo : D. R.

Les services de la DSP de Bouira, ont enregistré au cours de l’année écoulée, plus de 5000 cas de morsures d’animaux, dont 95 % ont été causés par des chiens.

La prolifération des chiens errants un peu partout dans le territoire de la wilaya de Bouira n’est pas un phénomène nouveau. Des chiens rodent même en pleines zones urbaines créant un climat de peur chez les habitants, notamment les enfants. Leur danger s’accentue lors de la période estivale.

Lorsqu’ils forment des meutes, les chiens errants deviennent plus agressifs, ce qui constitue une menace importante pour la santé et la sécurité publiques. En outre, une attaque d’un seul chien atteint de la rage, peut être fatale si les soins nécessaires ne sont pas prodigués à temps.

C’est malheureusement ce qui s’est passé récemment dans la commune d’Ath Laaziz, au nord de Bouira, où un chien errant enragé a mordu un quadragénaire. Après avoir passé quatre jours aux soins intensifs à l’hôpital, le malheureux a rendu l’âme. Des sources hospitalières ont fait savoir que la victime n’avait consulté un médecin qu’après 45 jours de la morsure.

Par ailleurs, les services de la direction de la santé et de la population de Bouira (DSPB), ont enregistré au cours de l’année écoulée, plus de 5000 cas de morsures d’animaux, dont 95 % ont été causés par des chiens.

«Environ 50 % des cas de morsures enregistrées sont causées par des animaux domestiques », a précisé Dr Hanni, chef du service de prévention à la DSPB. « Les chiens errants ne propagent pas seulement la rage mais servent aussi de vecteurs à diverses maladies comme la fièvre boutonneuse, la leishmaniose cutanée, etc. »,a-t-il ajouté.

De nos temps, le seul moyen qui a fait ses preuves dans la prévention de la rage chez les animaux, en particulier les chiens, est la vaccination antirabique. Dans ce contexte, la direction des services agricoles (DSA) de Bouira avait lancé, le 21 février dernier, une campagne de vaccination gratuite des animaux domestiques.

Un appel a été même lancé sur les réseaux sociaux à tous les citoyens propriétaires d’animaux domestiques, à se rapprocher des services d’hygiène communaux afin de les faire vacciner. « Les propriétaires d’animaux domestiques sont tenus de maintenir en bon état sanitaire les animaux dont ils ont la charge.

C’est ce que stipule la loi 08-88 relative aux activités de médecine vétérinaire et à la protection de la santé animale. En outre, les différents décrets ministériels ont rendu obligatoire la vaccination des animaux domestiques. Ainsi après un vaccin antirabique, il est impératif de garder son animal loin de tout contact avec d’autres animaux pendant 5 jours. Il faut aussi qu’ils effectuent des rappels de vaccin après un mois », a expliqué une vétérinaire exerçant au niveau de Bouira.

Une stratégie  de lutte à corriger

De récents chiffres sur les campagnes d’abattage des chien errants, menées par les différentes communes de la wilaya, font état de l’élimination de plus de 1000 bêtes. Cependant, ce procédé de lutte a démontré ses limites. Les meutes réapparaissent à peine quelques mois seulement des opérations.

Outre l’inefficacité, laméthode est souvent décrié car « inhumain et cruel ».Quant à celle qui consiste à empoisonnerles animaux, elle s’avère être très dangereuse. D’autres alternatives ont été proposées en 2015, lors d’une session de l’APW,mais qui n’ont pas eu l’aval des pouvoirs publics. L’une des solutions était la création des fourrières canines.

Ces dernières ont été jugée coûteuses à l’époque. Il convient également de noter que les dépotoirs sauvageset le jet anarchique des déchets dans les zones urbaines contribuent à l’augmentation du nombre de chiens errants.

Ces endroits sont considérés comme une source de nourriture constante pour différents animaux.Une autre source non négligeable contribuant à la prolifération des chiens, sont les chantiers de construction.

Les chiens utilisés pour garder des lieux, sont relâchés une fois les travaux achevés. Face à la complexité du phénomène et tous les dangers qu’il véhicule, les pouvoirs publics sont appelés à reconsidérer leur stratégie de lutte.
 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.