Bibliothèque nationale du Qatar : Mise en service de plus de 14 millions de pages numérisées

11/01/2024 mis à jour: 11:43
1472
Des documents précieux, des photos et anciens manuscrits ont trouvé refuge dans la Bibliothèque nationale du Qatar

 Elle a ouvert ses portes en 2018. Une gigantesque infrastructure purement culturelle qui impressionne le regard du visiteur. Elle avait été construite sur un terrain d’une surface de 42 000m2, selon une incroyable architecture qui incite à la méditation.

La Bibliothèque nationale du Qatar permet à la personne de se cultiver, d’apprendre et de satisfaire sa curiosité. C’est une institution devenue incontournable pour les citoyens et les visiteurs de cet petit Emirat en superficie, pourvu des gisements de gaz et de pétrole immenses. 

La Bibliothèque nationale du Qatar (BNQ) constitue un trésor de connaissances des cultures et d’histoire, avec un stock physique de livres de plus d’un million d’exemplaires. La technologie relative à la numérisation de toutes les tâches dans la gestion de ce gisement de connaissances accompagne le visiteur, émerveillé et ébahi par le design de cette BN dès qu’il franchit le portail vitré. Elle est éclairée naturellement. Le silence est respecté. 

Pourtant, cet espace est aussi un lieu de rencontres et des échanges entre les lecteurs de différentes nationalités et des Qataris. Les chercheurs, les scientifiques et les étudiants, qui préparent leurs thèses, leurs mémoires, grâce à l’accès gratuit à toutes les œuvres techniques, scientifiques, littéraires et artistiques arrivent à trouver les réponses à leurs interrogations. 

L’interlocuteur du visiteur est l’ordinateur qui indique et oriente le chercheur. Des personnes sont déjà attablées dans l’une des tables, leurs ordinateurs sont reliés à des prises collées à terre, sur la moquette. Les «gradins» sont occupés par des lecteurs, têtes baissées sur les livres, en quête de connaissances. En-dessous, de cette étendue du savoir, tel un labyrinthe, des manuscrits, des vieux livres et d’anciennes photos sont exposés. 

Deux photos de familles algériennes berbères se trouvent derrière la vitre. La photo du prix Nobel de littérature, l’Egyptien Mahfouz Naguib, celle d’un Coran traduit en anglais au XVIIe siècle, la Bible et la Torah, deux Livres Saints traduits en arabe au XVIIIe siècle. 

C’est la bibliothèque patrimoniale qui, dans cet espace situé en sous-sol qui abrite autant de documents précieux, des photos et anciens manuscrits, après de très longs voyages, ils ont trouvé refuge dans ce lieu. C’est cette politique fondée sur la connaissance qui a motivé les responsables à se mobiliser autour de la BNQ. Historiens, chercheurs, scientifiques, étudiants viennent se documenter et se familiariser avec les trésors légués par les hommes et femmes des très lointains passés. Les ateliers d’apprentissage de musique et d’enregistrement sont opérationnels. 

La numérisation des anciens documents avait été entamée depuis 2015. Une moyenne de 2000 à 2500 pages est  numérisée quotidiennement. Depuis sa mise en service, plus de 14 millions de pages, y compris les manuscrits, les photographies et même les cartes et les affiches avaient été numérisés et mis à la disposition des chercheurs, des enseignants, des scientifiques du monde entier grâce aux liens à travers les réseaux sociaux. 

On estime plus de 2 millions de visiteurs, du moment que l’accès demeure gratuit. Pour éviter la destruction de cette précieuse mémoire, un atelier doté des équipements de technologie de pointe dédiés au traitement, à la restauration et la préservation des documents sont exposés dans des conditions irréprochables. Une formation dans ce centre est proposée gratuitement, afin de permettre à chaque pays, pourvu de ces objets culturels rares, de lutter contre le trafic des documents historiques. Les techniques de surveillance ont évolué avec l’avènement des nouvelles technologies. 

L’Ecole nationale supérieure de conservation et de restauration des biens culturels (ENSCRBC) de Tipasa s’est engagée à former des universitaires licenciés et des ingénieurs dans la restauration des tapis, des œuvres plastiques, des statues, des mosaïques, du bois. Un jumelage avec la BNQ est plus que souhaité pour nos jeunes, d’autant que les relations entre notre pays et le Qatar sont excellentes.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.