Béchar : Les élèves des écoles primaires bravent le froid

01/02/2023 mis à jour: 10:22
806

Ici à Béchar, on s’accorde à reconnaître globalement que les établissements scolaires sont propres et accueillants pour les élèves scolarisés. Néanmoins, ces mêmes élèves du cycle primaire grelottent de froid en cette période de l’hiver exceptionnellement glacial dans la région. Il y a 80 écoles primaires dans la commune, mais la grande majorité des classes de ces établissements d’éducation sont privées de chauffage. Nous avons pu visiter deux écoles et interroger les parents d’élèves de deux établissements en l’occurrence Hachemi Moumène et Sahel Miloud. Pour la première, l’absence de chauffage dans les classes fait défaut, alors que le raccordement au gaz de ville a été effectué mais non encore mis en service à cause d’un problème de bureaucratie lié au contrôle, à l’homologation par les techniciens des services concernés qui doivent donner leur accord pour le démarrage, indique-t-on. Cette même école qui compte 380 élèves est donc toujours privée de chauffage. Pour l’heure, les écoliers sont chauffés partiellement et provisoirement grâce à des appareils électriques à double corps dont la consommation alourdit la facture électrique trop chère. Le même établissement scolaire rencontre également, toujours selon les parents d’élèves, un problème de pénurie d’eau aux sanitaires malgré l’existence d’un réservoir d’eau qui n’est pas alimenté. Aussi, l’établissement ne dispose pas de gardiennage et sa cour est impraticable à cause de son terrain rugueux et inadapté pour les écoliers aux heures de récréation. Pour la deuxième école visitée, elle est confrontée également au problème de gaz de ville qui doit alimenter les appareils de chauffage en place dans les classes. Elle est aussi raccordée au réseau de gaz de ville, mais sa mise en service n’est pas effective à cause d’un problème d’ordre bureaucratique. A la commune de Béchar, le service compétent contacté et qui gère les établissements du cycle primaire, on demeure évasif sur cette question promettant que bientôt les «choses entreront dans l’ordre», c’est-à-dire après la sortie de l’hiver et le redoux. Cependant, des voix de certains parents d’élèves s’élèvent pour réclamer à ce que la gestion des écoles du cycle primaire soit soustraite de la tutelle de la commune pour être confiée à la direction de l’éducation, à l’instar des établissements du moyen et du secondaire. La raison invoquée, indique-t-on, est que l’ampleur des charges dévolues à la commune ne permet pas à l’administration décentralisée de suivre de près le fonctionnement de 80 écoles primaires éparpillées à travers les quartiers de la commune. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.