Après la décision de fermeture du marché Boumezzou à Constantine : Les commerçants refusent de quitter les lieux

02/05/2023 mis à jour: 22:43
1240
Hier, le marché était ouvert, comme si rien ne s’est passé - Photo : El Watan

Le problème risque de se compliquer puisqu’il s’agit d’une responsabilité en cas de la survenue d’une catastrophe.

Après l’annonce de la fermeture du marché Boumezzou situé au centre-ville de Constantine à partir d’aujourd’hui, les citoyens étaient sidérés hier matin de voir que les commerçants étaient sur les lieux.

Pourtant la fermeture officielle à partir du 1er mai a été signée par le maire de Constantine, Charaf Bensari, suite au rapport accablant des services du contrôle technique de la construction (CTC) sur l’effondrement d’une partie du parapet de l’esplanade du marché, survenu mercredi dernier. Le document de trois pages de cet organisme national stipule la fermeture immédiate, vu le danger qui persiste.

Finalement seule, la circulation aux alentours de cet espace qui a été interdite. Qui a autorisé l’ouverture du marché ? «Nous avons organisé samedi une protestation devant le cabinet du wali, afin de dénoncer cette fermeture qui nous pénalise.

Aucune solution au préalable n’a été envisagée par les autorités, comment va-t-on subvenir aux besoins de nos familles ? La mairie doit trouver un lieu pour notre transfert, il y a plus de 100 familles qui vivent de ce marché», a déclaré un vendeur rencontré sur place, affirmant que «le maire les a autorisés à y rester jusqu’à nouvel ordre».

Par contre, plusieurs commerçants affirment que l’autorisation verbale est parvenue du wali de Constantine Abdelkhalek Sayouda, suite à leur sit-in. Les concernés disent ignorer qu’une décision a été signée par le P/APC, affirmant qu’ils n’ont rien reçu. Afin d’avoir des précisions  sur cette situation, nous avons contacté M. Charaf Bensari.

Ce dernier dira: «Depuis notre dernière réunion mercredi dernier, je n’ai reçu personne. Le rapport du CTC, dont une copie a été remise au wali, est clair.

Le marché doit être fermé.» Le même responsable a décliné toute responsabilité, en cas d’éventuels incidents. «Je ne peux pas aller à l’encontre de la loi, j’ai signé la fermeture pour ce lundi et les commerçants doivent assumer leur responsabilité.

Une copie de ma décision a été transmise à la sûreté de wilaya, au chef de daïra et au wali. Certes je comprends que ce n’est pas facile pour les commerçants de suspendre leur activité, mais je ne peux pas créer un marché pour 125 personnes du jour au lendemain», a-t-il insisté, qualifiant l’ouverture du lieu d’un acte de vandalisme.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.