Alimentation en eau potable à Oued El Hdjar, commune de Didouche Mourad (Constantine) : Le problème des conduites bouchées perdure

14/08/2023 mis à jour: 12:30
1716
la Seaco intervient à chaque fois pour déboucher les conduites ou les remplacer carrément - Photo : D. R.

Les habitants lancent un appel au wali de Constantine Abdelkhalek Sayouda pour un raccordement du réseau d’AEP de la ville de Didouche Mourad au barrage de Beni Haroun.

Le problème des conduites bouchées qui survient dans les différentes cités de Oued El Hdjar dans la commune de Didouche Mourad, 15 km au nord de Constantine, perdure et provoque de sérieux désagréments aux citoyens en matière d’alimentation en eau potable (AEP). Cette situation a pris de l’ampleur ces dernières années, causant des ruptures dans l’AEP devenues régulières, dont certaines ont pris des semaines pour être réglées. Pourtant, ce n’est pas l’eau qui manque.

Malgré l’existence de réservoirs pour alimenter cette partie de la ville, les ménages ne sont pas desservis convenablement. «Nous avons vécu un vrai calvaire durant cet été avec la forte canicule qui a régné au mois de juillet.

Cela fait près d’un mois que l’eau ne coule pas de nos robinets à cause de la faible pression, qui empêche même l’eau d’arriver au deuxième étage des immeubles, cela nous a énormément pénalisés, ce qui nous a amenés à solliciter les services des propriétaires des citernes pour faire nos réserves, c’était la seule solution en attendant que le problème soit réglé», ont déclaré des habitants de la cité 160 Logements CNEP à Oued El Hdjar.

Les habitants s’interrogent si on peut vraiment vivre sans eau par ce temps très chaud, mais aussi pouvoir mener les charges à domicile et assurer le ménage et l’hygiène des lieux.

Ce sont surtout les mères de famille qui se plaignent d’une situation qualifiée de catastrophique pour elles. «C’est infernal ce qui nous arrive, on ne peut plus nettoyer nos appartements, mais aussi laver le linge et le reste ; on se contente de gérer la réserve d’eau qu’on achète au prix fort pour assurer le minimum ; c’est une véritable corvée qu’on est en train de vivre ; nous demandons aux responsables de la Seaco d’intervenir pour nous soulager», s’indigne une dame.

Avec la mise à l’arrêt du numéro vert 3025 depuis plusieurs mois, il n’est plus possible de signaler le moindre problème concernant les perturbations de l’AEP aux services de la Société de l’eau et de l’assainissement de Constantine (Seaco). Un problème aussi qui retarde le signalement des pannes, mais aussi la programmation des interventions, car l’information prend beaucoup de temps pour parvenir aux services concernés, ce qui augmente les souffrances des citoyens.

Des interventions récurrentes

Les habitants des cités pénalisées à Oued El Hdjar sont contraints de se déplacer jusqu’à l’unité de la Seaco située à Hamma Bouziane, à plus de 5 km, pour signaler des perturbations ou s’enquérir de la situation concernant les travaux à programmer. «A l’unité de Didouche Mourad, personne n’est habilité à nous répondre, et on nous demande toujours de nous diriger vers Hamma Bouziane», explique un riverain.

Il y a une année, la même situation a été vécue par les habitants de deux immeubles de la cité 160 Logements CNEP, situés un peu plus bas. C’était à cause d’un bouchage. Après plusieurs réclamations et rappels, il a fallu plus d’un mois d’interventions pour que l’alimentation en eau soit rétablie. D’autres cités à Oued El Hdjar ont été également touchées d’une manière récurrente.

Il faut reconnaitre quand même que la Seaco n’a pas cessé de mobiliser tous ses moyens humains et matériels pour faire face à cette situation qui demeure le point noir dans toute la commune de Didouche Mourad.

Lors d’une rencontre avec la presse il y a quelques mois, le DG de la Seaco, M’hamed Boualem, a reconnu l’existence de ce problème de bouchages récurrents des conduites à Oued El Hdjar, mais aussi dans plusieurs cités de la commune de Didouche Mourad à cause des dépôts de tartre, affirmant que les unités de la Seaco interviennent à chaque fois pour déboucher les conduites ou les remplacer carrément. Récemment, une intervention a été opérée au niveau de la cité des 116 logements pour remplacer 60 mètres de conduite bouchée.

Des équipes ont été mobilisées jour et nuit au mois de juillet dernier, en pleine canicule et dans des conditions difficiles pour achever les travaux dans les brefs délais et rétablir l’alimentation en eau. Selon le DG de la Seaco, ce problème de bouchage se posera toujours tant que la ville de Didouche Mourad demeure desservie à partir des sources d’eau de Hamma Bouziane.

Cette dernière commune est également touchée par le même problème. La solution à ce problème reste liée au raccordement du réseau de la ville de Didouche Mourad au réseau d’alimentation en eau à partir du barrage tampon de Sidi Khelifa, lui-même desservie à partir du barrage de Beni Haroun, comme cela a été déjà fait pour la banlieue nord de la ville de Constantine dont les habitants avaient souffert durant des années des bouchages des conduites, lorsqu’ils étaient alimentés à partir de Hamma Bouziane.

Ce projet du raccordement du réseau d’AEP de la ville de Didouche Mourad qui avait été attribué à une entreprise privée a connu un retard très important avant d’être mis en veilleuse pour des raisons inconnues. Les conduites sont déjà entreposées sur les hauteurs de la ville, en prévision de la reprise des travaux.

Les habitants de Didouche Mourad attendent sa concrétisation avec impatience pour connaitre enfin la délivrance tant espérée. «Nous subissons d’énormes désagréments à cause de ces perturbations dans l’alimentation en eau potable suite à ces bouchages récurrents et nous n’en pouvons plus ; nous lançons un appel pressant aux autorités de la wilaya, notamment le wali Abdelkhalek Sayouda, pour relancer ce projet et l’achever dans les meilleurs délais afin de mettre fin à un calvaire qui a trop duré»,  lancent des habitants de la mégacité de Oued El Hdjar.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.