Algérie : Naissance d’un « front contre la répression et pour les libertés»

05/03/2022 mis à jour: 22:21
2201
Photo : D. R.

Le front contre la répression et pour les libertés est né. En préparation depuis des mois à l’initiative des forces du pacte pour l’alternative démocratique (PAD), cette structure a été proclamée, ce samedi 5 mars, lors d’une conférence organisée au siège du Mouvement démocratique et social (MDS), dont le coordinateur, Fethi Ghares, figure par les détenus politique et d’opinion. 

Cette initiative, regroupant des militants politiques et des acteurs de la société civile intervient, comme le soulignent les participants, dans un contexte marqué par l’accentuation de la répression ciblant les activistes du Hirak du 22 février 20219 et des militants politiques pacifique. 

Les participants soulignent, en effet, la dégradation de la situation des droits de l’homme dans le pays, avec plus de 300 détenus d’opinion qui sont actuellement en prison, dont certains sont condamnés et d’autres attendent leurs procès. 

«Des politiques, des militants associatifs, des syndicalistes et des journalistes sont en prison. Il a eu la dissolution d’associations et des menaces de dissolution contre des partis politiques», soulignent les initiateurs dans la charte du front, lue et débattue à l’ouverture de cette conférence. 

Mettant en avant l’existence «d’une chape de plomb» et «d’un climat de peur» instaurés dans le pays, les différents acteurs insistent sur les nécessités «de lutter contre la répression sous toutes ses formes». Ils mettent également l’accent sur «l’abrogation de tous les articles de loi liberticides, le fameux article 87 bis du code pénal», tout en appelant à la «libération inconditionnelle des détenus politiques et d’opinion et la consécration effective de toutes les libertés ». 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.