Agression israélienne à Ghaza : Des morts dans l’enceinte d’une église

21/10/2023 mis à jour: 16:59
2205
Photo : D. R.

Le martyre des habitants de la bande de Ghaza, soumise à des bombardements israéliens intenses, se poursuit alors que l’aide humanitaire tant attendue par les Ghazaouis devrait être acheminée à partir d’aujourd’hui, selon l’ONU. Le ministère de la Santé de Ghaza a fait état, hier, de 4 137 martyrs, majoritairement des civils, et 13 162 blessées, au quinzième jour de l’agression israélienne.

Parmi ces morts, le ministère a annoncé que 16 personnes sont tombées en martyrs dans l'église grecque-orthodoxe de Saint-Porphyre, dans la ville de Gaza. Le ministère de l’Intérieur ghazaoui a affirmé, avant-hier, qu’«un grand nombre» de déplacés s’abritant dans l’enceinte de l’église grecque-orthodoxe de Saint-Porphyre, à Ghaza, avaient été tués et d’autres blessés dans un raid israélien. Selon des témoins, la frappe semble avoir visé une cible proche du lieu de culte. A son tour, l’armée israélienne a reconnu, hier, avoir mené, la veille, un raid aérien dans le secteur.

«[Jeudi], des avions de combat des forces de défense d’Israël (IDF) ont attaqué le centre de commandement et de contrôle d’un terroriste du Hamas impliqué dans des tirs de roquettes et de mortiers vers Israël», a affirmé un porte-parole de l’armée à l’AFP.

Le patriarcat orthodoxe de Jérusalem a condamné «avec la plus grande fermeté la frappe aérienne israélienne qui a touché l’enceinte de son église dans la ville de Ghaza», selon un communiqué publié sur son site officiel. «Le patriarcat souligne que cibler les églises et leurs institutions ainsi que les abris qu'ils fournissent pour protéger les citoyens innocents, en particulier les enfants et les femmes qui ont perdu leurs maisons en raison des frappes aériennes israéliennes sur les zones résidentielles au cours des 13 derniers jours, constitue un crime de guerre qui ne peut être ignoré», a-t-il ajouté.

Selon le nouveau bilan du ministère de la Santé, 46 membres du personnel médical de Ghaza ont été tués dans les bombardements et 85 blessés depuis le début de l’agression israélienne. Par ailleurs, sept hôpitaux et 21 centres de santé ne peuvent plus fonctionner, «faute de carburant» pour les générateurs, en raison du blocus de la bande de Ghaza par Israël.

Le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a assuré, hier, que «toute nouvelle escalade ou même poursuite des activités militaires d’Israël à Ghaza sera «tout simplement catastrophique» pour la population locale. Il a aussi affirmé que les conséquences de l’extension du conflit au Liban et ailleurs seraient «incalculables».

La tension demeure forte à la frontière entre Israël et le Liban où les échanges de tirs entre l’armée d’occupation et le Hezbollah, allié du Hamas, sont quotidiens. Sur le plan humanitaire, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé, avant-hier, que «le nombre total de personnes déplacées à l'intérieur de Gaza pourrait avoir atteint le million», dont «600.000 dans la partie sud» du petit territoire où vivent quelque 2,4 millions de personnes.

Alors que l'enclave palestinienne est soumise à un strict blocus israélien depuis plus de 16 ans, l'OMS  met en garde contre une «grave pénurie de nourriture et d'eau.» Plusieurs jours après le début de l’agression israélienne, les Palestiniens de Ghaza attendent toujours que l'aide humanitaire puisse arriver dans l’enclave palestinienne depuis l'Egypte, par le point de passage de Rafah.

Mais pour le moment, aucune aide n’a pu parvenir jusqu’à Ghaza, en raison de travaux à effectuer sur la route, détruite par les bombardements israéliens. Des blocs de béton installés par les Egyptiens après les bombardements d'Israël sur cette frontière avec Gaza ont été enlevés, a indiqué une source sécuritaire égyptienne, semblant indiquer une ouverture prochaine. Antonio Guterres a appelé, hier, depuis le point de passage de Rafah en Egypte, l'unique ouverture sur Ghaza qui ne soit pas aux mains d'Israël, au «passage rapide» de l'aide humanitaire vers le territoire palestinien assiégé.

«Blocus illégal»

«Nous échangeons activement avec l'Egypte, Israël et les Etats-Unis, afin de nous assurer que les camions (d'aide) puissent y arriver le plus rapidement possible», a déclaré Guterres lors d'une conférence de presse à Rafah. Martin Griffiths, chargé des situations humanitaires d'urgence à l’ONU, a déclaré le même jour que «la première cargaison était censée arriver demain (Ndlr, samedi) au plus tôt».

A son tour, Amnesty International a estimé que l’aide humanitaire «doit être autorisée de toute urgence» à Ghaza et que «le blocus illégal» imposé par Israël doit être levé.

Dans un premier temps, l’Egypte annoncé que «Rafah ouvrira vendredi, (Ndlr, hier)», sans donner plus de  détail. Ensuite, elle a assuré que le passage de Rafah est ouvert et dément empêcher la sortie de Palestiniens de la bande de Gaza.

Avant cela, le président américain, Joe Biden, avait affirmé avoir obtenu du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de «laisser jusqu'à 20 camions traverser», un nombre totalement insuffisant selon l'ONU qui estime à au moin  100 camions par jour les besoins des Ghazaouis qui, avant la guerre, dépendaient déjà pour 60% d'entre eux de l'aide alimentaire internationale. Israël refuse d’ouvrir ses passages frontaliers avec Gaza.

Mais les Etats-Unis sont parvenus à convaincre le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, d’autoriser l’envoi d’aide humanitaire depuis l’Egypte, via le passage de Rafah.Sur le plan diplomatique, l’émissaire chinois pour le Moyen-Orient, Zhai Jun, s’est rendu au Qatar pour tenter, selon Pékin, de «calmer la situation» et de «jouer  un rôle positif dans la reprise des pourparlers de paix entre Palestiniens et Israël».

Zhai Jun a rencontré, avant-hier, son homologue russe, Mikhaïl Bogdanov, ainsi qu’un haut diplomate qatari, Mohammed ben Abdulaziz Al-Khulaifi, a dit le ministère des Affaires étrangères chinois. Durant ces réunions, les diplomates ont échangé leurs points de vue sur le conflit, a souligné Pékin. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.