Affaire du thon ayant causé deux cas de botulisme à Constantine : La Sarl Haal réagit et décide de saisir la justice

28/08/2023 mis à jour: 18:04
2735
Photo : D. R.

Sur son site officiel, la sarl Haal soutient que depuis 20 ans qu’elle produit du thon en conserve, elle a toujours mené des analyses régulières dans son laboratoire et ceux agréés par le ministère du Commerce.

Le décès d’un homme de 25 ans atteint de botulisme dans la wilaya de Constantine, suite à la consommation du thon en conserve à la tomate, n’est pas passé sans provoquer des réactions à tous les niveaux. La justice à Constantine a diligenté une enquête et des analyses approfondies sont en cours pour déterminer les responsabilités. Une grande polémique enfle après la divulgation de la marque du thon en question par l’organisation algérienne de défense du consommateur Himayatec.

De ce fait, la sarl Hispano algérienne de l’alimentation (Haal), dont le siège se trouve à la zone d’activités industrielles de Hassi Ameur, commune de Hassi Bounif, dans la wilaya d’Oran, productrice de la marque Atun Maratun, a réagi en publiant plusieurs communiqués sur sa page officielle. Sur son site officiel, la sarl Haal soutient que depuis 20 ans qu’elle produit du thon en conserve, elle a toujours mené des analyses régulières au niveau de son laboratoire et des laboratoires agréés par le ministère du Commerce, ainsi que le Centre de recherche nucléaire d’Alger.

La même entreprise fait savoir que les services concernés du ministère du Commerce et celui de la Pêche maritime effectuent également des contrôles et des prélèvements d’échantillons de leurs produits tout au long de l’année. Tout en rappelant que son produit est exporté au Canada et aux Etats-Unis, la sarl Haal déclare que la révélation de la marque du produit avant l’achèvement de l’enquête a provoqué des réactions à l’étranger. Donner le nom de la marque est considéré par le producteur comme un acte «criminel» et une campagne de diffamation orchestrée à son encontre et de «violations graves commises par l’Organisation algérienne de défense du consommateur Himayatec».

Le producteur, via ses publications, a rejeté catégoriquement «toutes ces informations erronées et infondées qui ne sont pas basées sur des procédures et des bases juridiques». L’entreprise en question a dénoncé également «l’utilisation de méthodes illégales pour tromper le consommateur». Et d’affirmer que la Sarl Haal entamera toutes les procédures juridiques devant toutes les autorités administratives et les tribunaux. 

Remise en cause du document d’analyse

Tout en rassurant les consommateurs, l’entreprise de production rappelle que l’échantillon qui a été soumis aux analyses était dans une boîte ouverte et avec une quantité très faible de thon. Ce qui prouve, d’après ses responsables, l’absence des conditions légales et scientifiques pour obtenir un échantillon pour des analyses microbiologiques. Car, toute boîte ouverte n’est pas apte aux analyses microbiologiques, «et ce pour plusieurs facteurs scientifiques qui interviennent dans le changement de la nature et de la qualité du produit, surtout après son contact avec des facteurs externes qui peuvent modifier les résultats des analyses».

Dans son communiqué, la sarl Haal cite les préjudices qui peuvent être causés à l’entreprise qui fait vivre 400 familles. La conformité du document d’analyse de la boîte de thon, circulant sur les réseaux sociaux a été remise en cause par le producteur pour des raisons techniques, que seuls les experts comprennent.

«Car des conditions doivent être remplies dans l’échantillon pour la validité des résultats, notamment la quantité et les conditions de stockage, etc. Ce qui n’était pas disponible dans l’échantillon prélevé, selon nos enquêtes, ce qui ne permet naturellement pas de déclencher l’alarme, mais seulement de retirer le lot concerné uniquement à titre conservatoire. Il s’agit du Thon à la tomate d’une boîte de 160 g enregistrée sous le numéro de lot : 23005235 avec une date de production 30/05/2023 et date de péremption le 30/05/2027», lit-on dans un autre communiqué de la sarl Haal.

Cependant, l’entreprise n’a pas manqué de s’interroger sur les objectifs de l’auteur de la divulgation des résultats préliminaires de l’Institut Pasteur, qui devrait être un document interne. Pour sa part, le directeur du commerce de la wilaya de Constantine, Rachid Hadjal, a refusé de se prononcer sur l’affaire, tant que les enquêtes sont toujours en cours. «L’opinion publique sera informée en temps opportun des résultats des analyses finales», a-t-il souligné.

Par ailleurs, l’Organisation algérienne de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a publié hier le rapport des analyses bactériologiques de l’Institut Pasteur du lot du thon en question. Les résultats de 5 échantillons sont sans équivoque, ne présentant aucune trace de la bactérie du botulisme. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.