12e édition du concours «La Charrette d’OR» : Trois jeunes architectes primées

11/05/2023 mis à jour: 11:35
1521
Photo : D. R.

Le concours national des jeunes architectes «La Charrette d’or», organisé en marge du Salon Batimatec par le magazine spécialisé en architecture Vie de Villes, a permis lors de sa 12e édition de récompenser trois jeunes architectes issues des écoles d’architecture d’Alger, d’Oran et de Constantine ayant proposé des travaux autour de la thématique : «The Gainfulbox, exploration des avantages économiques de l’architecture hors sites préfabriqué en série».

La cérémonie de remise des trophées et des prix, dotés d’une récompense financière grâce aux sponsors – le cimentier public GICA, Aymen promotion, SIKA El Djazair et Alsev, groupe Cévital – a permis de distinguer à la première place la lauréate Nihed Nasri (Constantine) parrainée par l’architecte Nabil Gaham. La jeune architecte a présenté un projet intitulé «Sanitrec». Il s’agit, selon la présentation de l’architecte de «sanitaires mobiles à installer sur des sites touristiques, notamment des zones de loisirs, les plages, les parcs de loisirs urbains, etc.» Des versions à installer au sein de l’environnement urbain ont également été pensées, dans le cadre du projet. Le même concept peut servir également à fabriquer des modules médicaux et de soins, ou commerce de proximité.

La seconde lauréate Rania Chetouane, originaire de Tipasa et issue de l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (EPAU), a été parrainée par l’architecte Halim Faidi. Elle a décroché le second prix avec un projet de toilettes publiques hors sol intitulé «Algeria Lav». «Un projet de modules hors sol, à installer sans contraintes sur n’importe quel site de l’environnement urbain grâce à des box préfabriqués en usine assurant la mobilité, la fonctionnalité et le respect de l’environnement.

Le module qui est rentable avec un système de nettoyage automatique», a notamment souligné la jeune architecte dans sa présentation. La troisième gagnante du concours de la «Charrette d’or», Soumia Rabia Keddar (Oran) était secondée par l’architecte Ahmed Keddar pour un projet intitulé «La douira», inspiré par l’architecture algérienne traditionnelle et développé sous la thématique «Chambres d’hôtel et commodités pour sites protégés». Un concept modulable, hors sol, mobile, respectueux de l’environnement, a-t-elle expliqué.

Lors d’un discours prononcé à l’ouverture de la cérémonie, l’architecte Akli Armrouche, organisateur du concours, a expliqué le concept retenu pour la nouvelle édition de «La Charrette d’or». En soulignant notamment qu’il s’agit d’un «mode d’architecture innovant adapté aux besoins de la société et respectueux de l’environnement grâce à la construction modulaire hors sol et hors site».

Le procédé consiste, a-t-il ajouté, à préfabriquer en usine ou en ateliers des éléments constitutifs du projet et de les assembler sur site, en hors sol, pour que les réalisations soient mobiles, engendrant le moins d’impact possible sur l’environnement. «Les modules pouvant même être installés sur des sites protégés sans dommage», a-t-il précisé. Akli Amrouche a indiqué, en outre, que «cette architecture modulaire préfabriquée s’inscrit dans une logique d’économie circulaire, toute la chaîne de conception et de fabrication pouvant être faite localement avec une réduction d’impact sur l’environnement, et optimisation des matériaux».

Les constructions hors sol sont également conçues pour être performantes sur le plan énergétique ; un des critères d’évaluation des projets des étudiants est de renforcer les panneaux photovoltaïques et assurer une autonomie sur certains modules qui sont réversibles et peuvent être utilisés sur plusieurs applications à la fois.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.