Yacine El Mahdi Oualid annonce l’augmentation du capital du fonds des start-up

05/06/2023 mis à jour: 08:52
2692
Photo : D. R.

Le Fonds algérien des start-up prévoit une augmentation de son capital dans les prochains jours afin de mieux répondre aux besoins de financement des start-upen Algérie. Cette décision annoncée par le premier responsable du secteur des startups, témoigne de l’importance croissante de ces entreprises innovantes émergentes dans l’économie nationale.

Créé en octobre 2020, le Fonds algérien des startups, qui offre différentes possibilités de financement en fonction du stade de développement de la startup, est actuellement doté d’un capital de 1,2 milliard de dinars. Un chiffre qui serait insuffisant comparé à la demande croissante de ses entreprises innovantes. «Le capital du Fonds algérien des start-up sera augmenté, dans les prochains jours, pour mieux répondre aux demandes de financement émanant des startups.

La diversification de l’économie nationale nécessite des moyens de financement variés et adaptés à la nature des activités et de l’investissement en matière d’innovation. Depuis sa création en octobre 2020, le Fonds a connu une intense activité et dispose actuellement d’un capital de 1,2 milliard de dinars», a déclaré samedi le ministre de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El Mahdi Oualid.

Il a fait cette annonce lors d’une journée d’étude sur le financement et l’accompagnement bancaire des projets d’investissement organisée par l’Agence algérienne de la promotion de l’investissement (AAPI) en collaboration avec l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF). Il ne s’est pas prononcé sur le chiffre exact de cette augmentation, mais s’est longuement attardé sur les différentes formules de financement de ce fonds.

«Pour les start-upen début d’activité, nous offrons un financement à hauteur de 5 millions de dinars comme plafond maximal. Les entreprises en activité peuvent bénéficier d’un financement pouvant atteindre 20 millions, en plus d’un autre financement de 150 millions de dinars comme plafond maximal pour les grandes entreprises», a expliqué le ministre avant de préciser que le financement se fait dans le cadre d’une approche purement économique qui considère les start-up comme des partenaires dans le capital risque, sans exiger d’intérêts.

De son côté, Rachid Belaïd, délégué général de l’ABEF, a révélé que le volume des financements apportés par le système bancaire algérien au cours des trois dernières années s’élevait à 2300 milliards de dinars. «La validation des dossiers de financement est liée à un certain nombre de critères, notamment la présentation d’un projet minutieusement étudié, ainsi que l’historique de la relation de l’établissement avec la banque auprès de laquelle la demande de financement a été déposée», a-t-il précisé.

Les microentreprises en Algérie représentent actuellement 7% du nombre total d’entreprises dans le pays, avec une moyenne de 25 entreprises créées pour 1000 Algériens. La moyenne mondiale est de 45 entreprises pour 1000 citoyens. Un retard à rattraper par l’encouragement de l’entrepreneuriat chez les jeunes et la facilitation de la création d’entreprises. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.