Urgences chirurgicales du CHU de Constantine : Des médecins dénoncent un manque d’équipements pour les soins

13/04/2022 mis à jour: 15:56
2905
Photo : D. R.

En dépit des efforts déployés pour la prise en charge des besoins du personnel médical et des patients du CHU Dr Ben Badis, des services souffrent encore de mauvaises conditions de travail et de plusieurs défaillances, notamment en matière d’équipements. 

Au service des urgences chirurgicales, la situation est qualifiée de catastrophique. Le manque de certains appareils névralgiques, précisément l’échographie, a mis en otage la santé et même la vie de nombreux patients. 

«J’ai eu un accident de vélo il y a quelques mois, avec de graves fractures à l’épaule droite et une partie du bras. J’ai été évacué aux urgences du CHU Ben Badis. Sur place, j’ai appris que l’appareil d’échographie ne fonctionnait pas pour permettre de préciser le degré des dégâts. Pis encore, on m’a demandé de faire une échographie en urgence chez le privé pour éviter des complications», témoigne un trentenaire. 

Ce problème de panne de l’échographe qui se pose depuis une longue période, nous a été confirmé, hier, par le personnel lors de notre passage aux urgences chirurgicales du CHU. Nous avons appris que le scanner en panne depuis plus d’un mois n’a été réparé que dimanche dernier. Un stagiaire a affirmé que depuis son arrivée, cet appareil n’a pas fonctionné et tous les patients ont été orientés vers le privé. 

Pis encore, son collègue nous a orientés vers le service de radiographie expliquant : «Les appareils existent, si t’as une connaissance on te fera la radio dont tu as besoin.» 

Les médecins, particulièrement les résidents, étaient les premiers à être dans le collimateur de la colère des parents des malades. Quoique l’ensemble des chirurgiens exerçant aux urgences chirurgicales du CHU avaient signalé à maintes reprises les conditions jugées catastrophiques, notamment le «manque terrible» du matériel indispensable pour la prise en charge correcte des patients. 

Des défaillances qui ne choquent plus 

Dans une correspondance adressée à tous les responsables concernés, dont El Watan détient une copie, les chirurgiens rappellent les cas du scanner en panne, le manque d’échographie aux urgences chirurgicales, l’inexistence d’un ECG, le déficit en personnel, le manque d’équipements nécessaires comme le scialytique, mais aussi les conditions d’hygiène indescriptibles. 

«Après chaque intervention, les médecins résidents, les infirmiers et parfois même les chirurgiens se trouvent contraints de nettoyer et désinfecter le bloc opératoire», a déploré Youcef Khenchoul professeur en chirurgie. 

Mais ce qui a fait vraiment fait déborder le vase, c’est surtout le manque de l’échographe, indispensable dans l’établissement du diagnostic et dont on a tendance à minimiser l’importance. 

«Nous ne sommes pas contre une personne précise, mais nous dénonçons l’absence d’une stratégie à long terme pour s’approvisionner en matériel nécessaire et éviter la pénalisation des malades en cas de panne. Toutes ces conditions mettent en danger la vie du patient et rendent difficile la mission du personnel soignant. Car, ce n’est pas normal qu’un échographe demeure en panne durant trois ans», a regretté le Pr Youcef Khenchoul. 

Et de souligner que certains matériels indispensables sont «entreposés» dans un bureau fermé à clé et inaccessible au-delà de 16h. Les chirurgiens se trouvent contraints de recourir à la médecine archaïque. Des employés ont même révélé que des échographes sont mis en réserve dans d’autres services au profit de certaines personnes, alors qu’une bonne partie des cas est critique, nécessitant des interventions sur place. 

Ce qui a provoqué la colère de ces chirurgiens que ce genre de défaillances inquiétantes ne choque pas les responsables. Contacté par nos soins, le chargé de communication du CHU a nié en bloc toutes ces révélations, incombant aux médecins la responsabilité d’orienter les malades vers le privé. 

«Le scanner et l’échographie sont réservés uniquement pour les malades hospitalisés, voire même pour les victimes des accidents de la route ou autres transférés aux urgences. Certes, le scanner était en panne pendant deux ou trois jours, mais il a été vite réparé. Pour l’échographie, nous avons tout un service de radio centrale. D’autant plus, nous allons réceptionner très prochainement un nouveau scanner», a-t-il affirmé.  

Copyright 2024 . All Rights Reserved.