Université Salah Boubnider (Constantine 3) : Les incubateurs, l’autre maillon de l’innovation

14/03/2023 mis à jour: 10:04
1256

Comment transformer le savoir en savoir- faire ? Cette interface qui a longtemps fait défaut en milieu universitaire semble se dessiner progressivement à la faveur du mécanisme «un diplôme, une start-up», «un diplôme, un  brevet». Ainsi, l’arrêté ministériel n° 1275 du 27 septembre 2022 est venu consolider cette voie, destinée à la valorisation des cursus universitaires. 

C’est dans cette perspective que la faculté des sciences de la communication et de l’audiovisuel de l’université Salah Boubnider, Constantine 3 (UC3), a organisé hier un colloque dédié à l’exposition et à l’échange des expériences dans le domaine de l’innovation via les incubateurs. Un incubateur, faut-il le rappeler, «est une structure d’accompagnement à la création et au développement des entreprises. Sa mission est d’accueillir des porteurs de projet et de leur fournir les ressources dont ils ont besoin pour les mener à bien». 

Cette nouvelle orientation dans le secteur de l’enseignement supérieur, explique le Pr Ahmed Bouras, recteur de l’UC3, nécessite la mise en place de mécanismes et d’outils pour se faire. Selon lui,  la valorisation des compétences universitaires reste tributaire de l’association de la formation pédagogique et le monde économique. Et de revenir sur le principe même  de l’efficacité de l’écosystème, basé sur quatre piliers, dont la formation académique, la recherche scientifique, via les centres de recherches, l’innovation et la relation avec le milieu socioéconomique. 

D’où les rôles des maisons de l’entrepreneuriat et les incubateurs autour desquels 74 communicants, issus de 24 universités nationales dont celles de Bejaïa, Sidi Bel Abbès et Laghouat, se sont attelés à définir les contours à travers quatre ateliers. Aussi, dix sept communications se sont effectuées par vidéo-conférence et une rencontre exclusive réservée aux étudiants du 3e cycle a eu lieu avant la clôture du colloque. L’organisation de ce dernier à l’université Constantine 3 s’inscrit dans cette stratégie de mise en avant des acquis en matière de technologie et d’innovation. 

Le site est destiné à devenir la version Dz de la Silocon valley. Constantine Hill, comme il est convenu de l’appeler désormais, s’étend sur une superficie de 180 hectares. Il dispose de 400 espaces pour abriter des startups, un Fab Lab, une plateforme de microbiologie, et de 3 plateformes de modélisation et de fabrications, les premières du genre sur le continent africain. Une armada de structures et d’équipements pour participer à l’effort de développement par le truchement d’une économie fondée sur la connaissance. La finalité, comme le fera remarquer le doyen de la faculté, Faouzi Kenaza, est la création d’emplois et de richesse durable.                                                               
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.