Une réussite à méditer

28/05/2022 mis à jour: 02:40
2937

Il faut beaucoup pour une jeune nation pour s’émanciper du rôle mineur auquel elle est astreinte dans la division internationale du travail, et son corollaire de sous-développement et de dépendance économique. 

Depuis, la vague de décolonisation qui au milieu du XXe siècle a permis aux pays du Sud de recouvrer leur indépendance nationale, rares sont les nations qui ont pu se débarrasser totalement de la domination impérialiste et résister à la logique mondialiste. 
 

Dans ce registre, la Turquie est un modèle économique intéressant, adossé à une gouvernance audacieuse et habile dans le jeu d’échecs régional et international. Son industrie de l’armement reflète les ambitions du pays et l’intelligence de sa démarche, avec derrière un investissement méthodique et massif dans les nouvelles technologies, la recherche et le développement de ses universités. Résultat : La Turquie est devenue en l'espace de 20 ans seulement un fabricant et un exportateur d'armes. 

Le président Recep Tayyip Erdogan se félicitait en 2020 que son pays s'est hissé dans le trio de tête au niveau mondial en matière de technologie de drones de combat ; des drones déterminants dans les conflits modernes, de l’Ukraine à la Libye.
 

Les exportations turques de technologies de défense, inférieures à 250 millions de dollars début 2000, ont dépassé les 3 milliards de dollars en 2021 et devraient atteindre 4 milliards de dollars en 2022, rapporte hier l’agence française AFP. 

Des chiffres impressionnants qui s’expliquent par la performance et les tarifs bon marché des produits militaires turcs, mais aussi du positionnement opportuniste profitant du marché «abandonné» par les Américains et les israéliens. Rapidement, l’industrie militaire turque a conquis plus de 25 pays, en Afrique notamment. 
 

En dépit d’une position délicate aux frontières entre la Russie, l’Occident chrétien et le monde musulman, la Turquie montre beaucoup de doigté pour tirer son épingle du jeu, y compris face aux embargos imposés par les alliés de l’Otan, les Etats-Unis en tête. 

Ankara fait preuve d’une résilience admirable et s’offre le rôle de pivot stratégique capable de changer la donne par ses interventions diplomatiques, tout en développant sa puissance économique émergente.  Un doigté et une résilience à méditer. 
 

La Turquie d’Erdogan n’est certainement pas un modèle de démocratie et D’État de droit. Mais en matière d’économie et de diplomatie, c'est un exemple à suivre, surtout pour l'Algérie qui veut sortir de la dépendance et fait face à des défis géostratégiques. Tout est possible à condition qu'il y ait une volonté politique.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.