Une rencontre régionale organisée à Bouira : La CNMA appelle à «plus d’adhésion» des agriculteurs

02/03/2024 mis à jour: 23:04
1822
Photo : D. R.

La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) a organisé le 29 février, à Bouira, une rencontre régionale sous le thème «la CNMA comme outil indispensable pour le développement de la filière des grandes cultures et la garantie de la sécurité alimentaire», au profit des agriculteurs venus de 13 wilayas du pays, et ce, dans le but de les sensibiliser sur l’importance de l’assurance agricole pour protéger leurs revenus et leurs cultures.

Car, en dépit de l’aide de l’Etat, qui a intensifié des programmes destinés au monde agricole, le secteur rencontre depuis des années des difficultés, notamment en matière d’assurance, avec la réticence des agriculteurs face aux produits proposés sur le marché.

La journée a été une occasion pour les participants de débattre des défis auxquels la filière céréalière est confrontée afin de mettre en lumière les politiques adoptées pour réduire leur impact et surtout analyser la situation en vue de dégager des solutions efficaces. Les changements climatiques, le stress hydrique sont des facteurs majeurs limitant aussi des rendements agricoles, notamment des blés.

«C’est dans cette optique que la CNMA a décidé de ces rencontres régionales en associant les différents collaborateurs, notamment le Conseil national interprofessionnel de la filière des céréales et de l’Institut national des sols, irrigation et drainage (INSID)», a souligné Cherif Benhabiles, DG de la CNMA, qui a plaidé, au cours de son intervention, sur la nécessité de promouvoir les solutions dégagées par son organisme et l’impératif de mettre en place un véritable dispositif d’assurance dédié aux calamités agricoles.

Chose difficile, d’autant plus que les agriculteurs ignorent carrément ces dispositifs pour différentes raisons. Lors de cette rencontre, qui pourtant revêt d’une importance capitale et stratégique, l’absence de la Chambre nationale des agriculteurs et de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) a suscité des incompréhensions, d’autant plus que le développement de la filière des grandes cultures passe par ces deux organismes.

Le directeur général de l’Institut national des sols, de l’irrigation et drainage, Negri Cherif, a appelé les agriculteurs à se préparer davantage pour lutter contre une éventuelle sécheresse agricole, surtout pour les prochaines années, en rappelant que la sécheresse a atteint une intensité inédite en Algérie et dans plusieurs pays du monde. Un phénomène, dit-il, amplifié par le réchauffement climatique qui est devenu une menace supplémentaire.

Pour épauler les agriculteurs, le chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, avait, pour rappel, décidé de l’octroi, et ce, à titre gracieux, de la semence. Des milliards de centimes ont été mobilisés dans le cadre de cette opération. Dans la wilaya de Bouira, l’opération d’indemnisation des céréaliculteurs touchés par la sécheresse et leur dotation en semences et en engrais a été émaillée de dépassements.

Un autre chantier attend les pouvoirs publics, appelés à mettre de l’ordre dans un secteur en souffrance, pourtant le développement de la filière céréalière représente une importance cruciale, d’autant plus qu’elle constitue la base de l’alimentation des Algériens. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.