Une étude le certifie sous conditions : Le télétravail pour économiser de l’énergie

05/04/2023 mis à jour: 05:58
APS
495
Photo : D. R.

Le télétravail n’a qu’un impact très faible sur la consommation d’énergie lorsqu’une partie des salariés seulement sont absents mais permet des économies globales d’énergie de 20 à 30% lorsqu’un site est fermé pour la journée, selon une étude réalisée dans des bâtiments publics.

Cette étude, conduite par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et l’Institut français pour la performance du bâtiment (IFPEB), a mesuré la consommation d’énergie sur des sites de bureau, au domicile des agents et pour leur transport, dans le but d’évaluer les gains d’énergie quand les bureaux sont fermés ainsi que l’éventuel «effet rebond» de consommation chez les télétravailleurs.

L’expérimentation a été lancée en novembre 2022 sur dix sites publics - ministères (Transition énergétique, Transition écologique, Mer), direction générale de l’aviation civile et Ademe -, impliquant 100 agents volontaires, en Île-de-France, Centre-Val-de-Loire et Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Selon les premières conclusions publiées lundi et portant sur les deux premiers mois de l’expérimentation, «l’impact de la non-présence des travailleurs sur site sur les consommations d’électricité (ordinateur, éclairage) est négligeable».

Les économies d’énergie constatées dans les bureaux sont «imputables à la sobriété et non au télétravail», alors que la baisse moyenne des consommations de chauffage fin 2022 a été de 38%.

En revanche, les tests sont «concluants» lorsque les sites sont fermés une journée entière: le potentiel global d’économie est alors de 20 à 30%. Pour les seuls bâtiments, l’économie d’énergie moyenne les jours de fermeture est de «25 à 40%» par rapport aux journées ouvertes, grâce aux économies de chauffage.

L’étude, publiée en prélude à la réunion lundi matin au ministère de la Transition écologique d’un groupe de travail sur le volet du Plan de sobriété énergétique concernant les grandes entreprises, conclut que «les fermetures de site sur une journée présentent un potentiel intéressant (...) pour gérer les tensions sur le réseau électrique».

Les bâtiments qui représentent les plus forts potentiels sont ceux qui associent faible performance énergétique et faible densité d’occupation.

Concernant les transports, l’expérimentation montre que les économies d’énergie sont 2 à 4 fois plus importantes en région qu’à Paris, où les distances travail-domicile sont moins importantes et où les salariés utilisent davantage les transports en commun.

L’étude estime que «l’effet rebond» de la consommation au domicile des télétravailleurs est «de très faible ampleur», en moyenne de 1,4 kilowattheure par jour de télétravail, sachant que les économies réalisées vont de 5 à 15 kWh dans les transports. La consommation journalière moyenne d’un foyer est de l’ordre de 20 à 40 kWh. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.