Trop de bruit a entouré le départ du sélectionneur national : Le contrat de la discorde

29/01/2024 mis à jour: 20:35
2549

A priori , le divorce FAF-Belmadi ne sera pas facile. Jusqu’à hier, les deux parties n’étaient pas parvenues à un accord financier qui les protège. 

Chacune interprète à sa façon le contrat qui les lie jusqu’ à la fin de la Coupe du monde 2026. Les négociations menées pour mettre un terme à leur collaboration n’ont pas évolué d’un iota depuis le début, mercredi, afin de trouver une solution qui puisse arranger les deux parties. 

Le 25 janvier, le président de la FAF, Walid Sadi, et le selectionneur Djamel Belmadi, ont renoué le dialogue sur la fin de mission du second. Propositions et contre-propositions se sont échangées sans aboutir à un résultat. Walid Sadi s’est déclaré disposé à verser 3 mois de salaire à Djamel Belmadi en contre-partie de son retrait de la barre technique des Verts. La proposition ne l’aurait pas satisfait. 

Des sources affirment qu’il aurait demandé le versement de 6 mensualités. Mais il n’y a pas eu d’accord sur les deux propositions émises de part et d’autre. La situation s’est ensuite corsée. 

Une information, non vérifiée, indique que Djamel Belmadi aurait fait savoir à son hôte qu’il lui communiquera sa réponse dans les heures à venir. Les deux hommes se sont séparés sur ce deal avec l’espoir qu’une issue finale sera trouvée samedi. Des heures et 2 jours se sont écoulés sans qu’il y ait la moindre réponse, ni avancée. 

La fédération, qui avait prévu de publier un communiqué dimanche, a dû surseoir à cette décision. Djamel Belmadi pourrait s’envoler aujourd’hui, lundi, à destination de Doha sans donner une réponse sur ce qu’il compte faire (accepter les 3 salaires que lui propose la fédération, demander 6 mois ou réclamer l’intégralité des mois qui lui restent dans le contrat). Une option qui a pris forme depuis samedi et pourrait se vérifier dans les prochaines heures. 

Le recours à la FIFA de la part de Djamel Belmadi serait une forte option. Cette situation était évitable si la fédération avait établi un bon contrat qui aurait protégé équitablement les intérêts des deux parties. Un contrat à plusieurs millions d’euros sans fixer des objectifs précis est une aberration que la fédération a allègrement enjambée. Avec les douloureuses conséquences qui vont résulter de cette désinvolture insensée. 

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.