Toxicomanie : Plus de 900 mineurs pris en charge en 2022

24/05/2023 mis à jour: 21:41
680

La consommation de drogue, qui ne cesse de prendre des proportions alarmantes, touche de plus en plus un segment de la société jusque-là épargné, à savoir les enfants. L'Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT) a annoncé, lundi, que 906 toxicomanes âgés de moins de 15 ans ont bénéficié d'une prise en charge médicale et thérapeutique durant l'année 2022.

Cette tranche d’âge représente 3,33% du nombre global des toxicomanes, qui ont bénéficié d'une prise en charge médicale et thérapeutique en 2022 (plus de 27 000), a ajouté la même source. A propos des affaires traitées concernant des mineurs, 699 sont liées à la détention et la consommation de drogues et 65 au trafic et la commercialisation de drogues. De nombreux indicateurs relevés dans les rapports périodiques des services de lutte contre la drogue qui parviennent à l'ONLDT montrent que la toxicomanie gagne du terrain, a souligné le directeur de la coopération internationale à l'ONLDT, Fateh Daoudi.

Selon lui, les adolescents et les jeunes sont les plus exposés à la consommation de drogues. Une situation qui a suscité l’inquiétude de la directrice de la communication et de la prévention à l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, Kaddache Ghania. Celle-ci avertissait, il y a quelques mois, d’une consommation précoce des narcotiques et notamment au niveau des écoles primaires.

«Même si cela reste marginal, dans les écoles primaires, il y a des cas de consommation de psychotropes», a affirmé Mme Kaddache. Face à cette situation, le gouvernement a décidé de sévir à travers une nouvelle approche juridique et une action répressive. Le Parlement a adopté récemment une loi relative à la prévention et à la répression de l’usage et du trafic de stupéfiants et de substances psychotropes, laquelle vise l’élaboration d’une stratégie de prévention de ces crimes par l’ONLDT.

La loi comprend de nouvelles dispositions concernant les toxicomanes, notamment les mineurs, faisant prévaloir les mesures thérapeutiques au lieu des poursuites pénales, en annulant la peine si ces toxicomanes suivent une cure de désintoxication. Le texte prévoit aussi que l’exploitation d’un mineur dans le trafic de drogue est punie d’une peine qui peut aller jusqu’à 20 ans de prison. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.