Tassili n’Ajjer (Djanet) : La 1re phase d’étude et classement des zones montagneuses exposée

08/11/2023 mis à jour: 08:38
APS
1518
La première phase de l’étude portant classement et délimitation des zones montagneuses dans le Tassili n’Ajjer a été au centre d’une réunion, tenue lundi, à Djanet

La première phase de l’étude portant classement et délimitation des zones montagneuses dans le Tassili n’Ajjer a été au centre d’une réunion, tenue lundi, à Djanet, par la direction générale de l’aménagement et de l’attractivité du territoire au ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.

 Intervenant à cette occasion, le directeur des grands travaux et d’aménagement du territoire au ministère, Rabah Assid, a déclaré que «l’aménagement du territoire, le développement des zones rurales et montagneuses revêtent une grande importance au programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour le développement socioéconomique des régions rurales et zones d’ombre, leur conférant plus d’attractivité à la faveur de l’amélioration des conditions de vie des populations locales». 

«La stratégie nationale d’aménagement du territoire s’assigne, entre autres, la répartition appropriée de la population, des activités économiques et infrastructures de base, l’implication des zones éparses dans le développement en tenant compte des spécificités de chaque territoire en vue de garantir, au titre du développement durable, la parité et l’attractivité territoriale à travers le territoire national», a-t-il dit.

 Le chef du projet de classement et délimitation des zones montagneuses au Tassili n’Ajjer, Amara-Farid Naït, a, de son côté, affirmé dans son exposé que «les composantes du patrimoine immatériel et matériel de la région, gravures et dessins rupestres et ksour, ont été entièrement répertoriées, dont trois ksour à Djanet et trois forts, dont deux à Djanet et un autre à Illizi». 

Pour sa part, Hacen Bachar, cadre au même département ministériel, a indiqué que «la première phase de l’étude prévoit le diagnostic prospectif du massif montagneux du Tassili n’Ajjer, le recensement des biens culturels au niveau du parc du Tassili, définition des caractéristiques géologiques et physiques, ainsi que la définition des éléments productifs du massif et les atouts économiques, agricoles, environnementaux et miniers». 
 

«Première phase prospective»

«Cette première phase prospective constitue un prélude à la seconde phase du schéma à travers la mise au point d’un avant-projet à la satisfaction des collectivités montagneuses, l’élaboration de monographies communales riches en données géographiques sur chaque région en vertu de la loi 04/03 relative à la protection des montagnes dans le cadre du développement durable», a soutenu le même responsable. 
 

Lancée en décembre 2022, cette étude menée par une commission est le fruit d’une série de rencontres avec les différents acteurs, y compris des cadres de la wilaya, à l’effet d’établir un diagnostic prospectif de la région. 
Les visites de terrain et les rencontres avec les différents acteurs, dont l’Office national du parc culturel du Tassili n’Ajjer et les services de la Protection civile, ont également permis de recueillir les statistiques nécessaires à la mise au point de cette étude, notamment au volet de la définition d’éventuels risques majeurs, inondations et feux de palmeraie, susceptibles d’affecter la région et les modalités d’y faire face, a-t-on expliqué. 

Retenue au titre de la stratégie de la direction générale d’aménagement et d’attractivité du territoire axée sur une approche participative, cette étude ciblera aussi les potentialités naturelles et écologiques de la région, la biodiversité, la richesse floristiques et faunistique, notamment celle menacée par la disparition, le patrimoine culturel avec l’implication des différents acteurs de la wilaya en vue d’enrichir cette étude et faire revivifier les zones montagneuses, ont indiqué les organisateurs. 

Cette rencontre, qui a eu pour cadre la salle de conférences au siège de la wilaya de Djanet, s’est déroulée en présence des autorités locales, du représentant de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW), des présidents des Assemblées populaires des communes de Djanet et Bordj El Houas et du représentant de l’Office national du parc culturel du Tassili n’Ajjer. 

 

 

 

 

15 000 gravures répertoriées

Le Tassili n’Ajjer est un immense plateau situé au sud-est de l’Algérie, aux confins de la Libye, du Niger et du Mali, couvrant une superficie de 72 000 km². 
La densité exceptionnelle des peintures et des gravures, et l’existence de nombreux vestiges préhistoriques sont des témoignages exceptionnels de la Préhistoire. Depuis 10 000 ans avant notre ère jusqu’aux premiers siècles, les populations qui se sont succédé ont laissé de nombreuses traces archéologiques, habitats, tumuli et enclos, qui ont livré un abondant matériel lithique et céramique. Toutefois, c’est l’art rupestre (gravures et peintures) qui a fait la renommée mondiale du Tassili à partir de 1933, date de sa découverte. 15 000 gravures ont été répertoriées jusqu’à nos jours. 
Le bien est également d’un grand intérêt géologique et esthétique : le panorama des formations géologiques avec ses «forêts de rocher» de grès érodé offre l’image d’un étrange paysage lunaire.
(Source : Unesco)
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.