Square Bachir Bennacer à Constantine : Un espace de détente transformé en souk

22/08/2023 mis à jour: 21:03
2000
Tout ce qui est proposé à la vente trouve preneur - Photo : El Watan

Les vendeurs informels ont squatté toutes les parties ombrées ou non dans les lieux, au nez et à la barbe des agents de l’ordre qui tentent de les déloger, mais sans résultat.

Il faisait 29°C à 10h le lundi 21 août. En ce jour ensoleillé des vacances, des hommes,  des femmes et des enfants accompagnés de leurs parents occupaient déjà les banquettes, l’aire de jeu et les espaces verts aménagés à l’intérieur du square Bachir Bennacer, situé sur les allées Ben Boulaïd en plein centre-ville de Constantine.

Un afflux important des Constantinois dans ce square qui semble à première vue retrouver sa quiétude en l’absence des vendeurs de bric-à-brac.

«C’est vous qui le dîtes. De quelle quiétude parlez-vous ? Une grande partie des hommes ici sont des vendeurs de marché à puces», a témoigné un homme sur place, en les identifiant un par un.

Certains vendeurs âgés qui étaient au lieudit «le Remblai», sous le pont de Sidi Rached, se cachent avec leurs couffins sous les arbres, dans les coins des kiosques sur place et d’autres sont allongés sur les espaces verts faisant croire aux agents de l’ordre qu’ils se reposent après des courses.

«Nous nous cachons pour fuir les services de la sûreté de wilaya qui viennent saisir notre marchandise», avoue un vendeur et réparateur de lunettes à même le sol. Vers 11h30, ces commerçants informels commencent à se dévoiler après s’être assurés de l’absence des policiers.

Chaussettes, pulls, chaussures, anciennes vestes, pantalons, des pièces de bricole et autres sont présentés sur place. Ils trouvent toujours preneur. Selon des femmes rencontrées sur les lieux, on peut même trouver du henné et de l’encens la veille des fêtes religieuses, à l’instar du Mouloud et de l’Achoura.

Certains visiteurs ont trouvé ce phénomène agaçant, du fait que l’esprit du marché a été imposé à l’intérieur d’un square. Ce dernier est un espace de détente ou de loisir. Aujourd’hui, ces vendeurs reviennent à la charge en jouant au chat et à la souris avec les services de sécurité.

L’état des lieux est désolant. «Attendez quelques minutes, vous n’allez plus trouver de femmes ici. Ces vendeurs vont créer la même atmosphère du Remblai. On dit aussi qu’il y en a certains qui commercialisent des psychotropes ! Ils se connaissent entre eux. Mais cela reste à confirmer», nous chuchote une femme.

Pour ce qui est de l’entretien de ce jardin, la situation n’est pas meilleure, en dépit de la présence sur les lieux d’agents pour veiller à l’entretien des espaces verts. Malheureusement, deux grands espaces sont dépourvus de la moindre verdure. Il ne reste que de la terre.

Un peu plus loin de l’entrée et juste à côté de l’aire de jeux, des déchets envahissent les lieux. «Cet espace est fermé par les services de la commune. Mais les citoyens jettent leurs déchets à travers le grillage, il est question d’un civisme aussi», nous déclare un homme adossé au grillage de l’aire de jeu.

Enfants en danger

Au niveau de l’espace réservé pour enfants et donnant sur la rue Chitour Amar où stationnent les taxis, la situation est choquante. Les bambins encourent un énorme risque, en l’absence d’une bonne partie du grillage qui a été démolie.

A la moindre erreur, n’importe quel enfant tombe sur la rue Chitour Amar et peut être même écrasé par un véhicule. «Cette situation perdure depuis des mois. Nous avons signalé cela aux services de la commune, mais en vain. On ramène nos enfants et on les surveille, c’est tout», nous déclare une maman sur place assise devant le grillage, pour être prête à secourir son enfant en cas d’incident.

La presse a soulevé également ce problème à maintes reprises, mais les services concernés préfèrent faire la sourde oreille au lieu d’agir. «N’importe quel dealer peut accéder ici par cette ouverture aussi. Je me demande dans quelle logique sont maintenant les responsables de la commune», souligne notre interlocutrice.

Les services de la commune ne semblent pas pouvoir mesurer l’importance et la portée des jardins publics dans un milieu urbain comme celui-ci. Ils n’offrent pas uniquement un espace de détente, de loisirs et de contact avec la nature aux citoyens, mais les squares favorisent la santé mentale, le bien-être et le lien social.

En cas de dégradation, les conséquences peuvent inclure une diminution de l’attrait du jardin, une hausse des coûts d’entretien accumulé et un sentiment d’insécurité. N’est-il pas temps d’agir ?                   

Copyright 2024 . All Rights Reserved.