S’ouvrir sur les autres

02/07/2022 mis à jour: 23:31
1596

Du sport, de la musique, de l’ambiance et de la bonne humeur dans un monde en couleurs. Du bonheur et de la joie de vivre tout simplement. Depuis l’ouverture des Jeux méditerranéens et en marge des manifestations sportives, Oran la radieuse offre au monde des images d’une Algérie joyeuse, colorée et fraternelle que l’on n’avait pas vues depuis des décennies.

Celles d’un peuple chaleureux et accueillant qui renoue avec ses voisins depuis longtemps perdus de vue. Et si finalement, cette symbolique ouverture des Jeux devenait une véritable ouverture sur le monde ? Oran a montré la voie et marqué les esprits dès le départ avec cet accueil exceptionnellement chaleureux à l'égard des délégations.

Avec son clip qui a explosé le box-office, le Franco-Algérien DJ Snake était déjà allé dans ce sens en offrant au monde des images d’une Algérie authentique, réelle, festive, ne demandant qu’à vivre et à croquer la vie à pleines dents. Comme un fait du hasard, ces dernières semaines également, plusieurs Youtubeurs et Instagammers ont fait le buzz sur les réseaux sociaux avec des images venant de cette Algérie profonde et peu connue ou reconnue.

Ces «étrangers» qui n’ont plus l’occasion de venir chez nous sont ébahis de découvrir un pays de la taille d’un continent, fabuleusement riche de toutes ses diversités culturelles et naturelles et un peuple avec un sens de l’hospitalité légendaire.

Pourtant, malgré ses formidables ressources, le pays reste fermé aux étrangers et le visa algérien est l’un des plus difficiles à obtenir au monde. Les circonstances et les différents pouvoirs publics qui se sont succédé à la tête du pays ont fait de l’Algérie une vaste prison dont on se s’évade qu’au prix de sa vie sur une barque de fortune.

Depuis les années 70', les Algériens ne côtoient plus personne, ne se mélangent plus aux autres, vivent en vase clos. «Nous sommes devenus un peuple autiste, fermé sur lui-même et nous faisons de l’inceste culturel», avait un jour dit un grand professeur d’université.

L’une des plus grandes erreurs du pays est sans doute de s’être dédaigneusement fermé au tourisme. Même les partenaires économiques ne se bousculent plus au portillon pour venir investir dans un pays étouffé par la corruption et la bureaucratie. Il est grand temps de crever cette étouffante bulle dans laquelle le peuple algérien a été sciemment enfermé. Seul le brassage culturel permet aux uns et aux autres de se connaître, de se découvrir et de mieux se respecter.

C’est la base sur laquelle se construisent le vivre-ensemble et la coexistence pacifique. Le sport est là, encore une fois, pour nous rappeler ses valeurs de respect, d’amitié, de saine compétition et de fraternité qui rapprochent et unissent les peuples.

Chacun se bat pour son pays mais dans le respect de l’autre. Loin de tout chauvinisme. La compétition finie, on s’embrasse, on se salue et on redevient amis. L’Algérie doit urgemment s’ouvrir sur ce monde devenu un village global. Elle est restée trop longtemps en marge du concert des nations. Ses sportifs, ses artistes, ses créateurs, ses hommes et femmes de Lettres et des arts sont aujourd’hui ses meilleurs ambassadeurs.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer