Sommet : Pékin dénonce la déclaration commune après la rencontre entre Washington, Séoul et Tokyo

21/08/2023 mis à jour: 12:51
1172
Joe Biden, le premier ministre japonais Fumio Kishida et le président sud-coréen Yoon Suk Yeol à Camp David dans le Maryland, le 18 août 2023

La Chine a vivement critiqué aujourd'hui la déclaration conjointe rendue publique lors d'un sommet récent aux États-Unis impliquant Washington, Séoul et Tokyo, dans laquelle ces pays ont exprimé leur opposition au «comportement dangereux et agressif» ainsi qu'aux «revendications maritimes illégales» de la Chine dans la région Asie-Pacifique. 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a exprimé «un vif mécontentement et une ferme opposition», et a déposé des protestations solennelles auprès des parties concernées, lors d'une conférence de presse régulière.

La semaine précédente, le président américain Joe Biden avait accueilli les dirigeants de la Corée du Sud et du Japon à Camp David, près de Washington, pour un sommet qu'il qualifiait d'«historique».

Dans une déclaration conjointe publiée le 18 août, les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont condamné le «comportement dangereux et agressif» de la Chine, ainsi que ses «revendications maritimes illégales». Ces critiques interviennent dans un contexte tendu en mer de Chine méridionale, une région revendiquée en grande partie par Pékin au détriment d'autres puissances régionales. Dans cette déclaration commune appelée «L'esprit de Camp David», ces trois nations affirment leur ferme opposition à toute tentative unilatérale visant à altérer le statu quo dans les eaux de la région Asie-Pacifique, tout en réaffirmant l'importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan.

Le 21 août, Pékin a déclaré que les dirigeants des États-Unis, du Japon et de la Corée du Sud avaient dénigré et attaqué la Chine en abordant les questions maritimes et liées à Taïwan, s'immisçant ainsi dans les affaires intérieures chinoises et semant volontairement la discorde entre la Chine et ses voisins.

Le 19 août, l'armée chinoise a mené des manœuvres aériennes et maritimes autour de Taïwan, qualifiées de «sévère mise en garde», après la visite aux États-Unis de William Lai, vice-président de l'île démocratique autonome et favori pour l'élection présidentielle taïwanaise de l'année prochaine.

M. Wang a déclaré que si les pays concernés se souciaient réellement de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan, ils devraient respecter le principe d'une seule Chine, cesser de soutenir les séparatistes prônant l'indépendance de Taïwan et prendre des mesures concrètes pour préserver la paix et la stabilité régionales. Il a ajouté que la question de Taïwan relevait de l'affaire interne de la Chine, rappelant que Pékin considère Taïwan comme l'une de ses provinces depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949, même si la réunification n'a pas encore été réalisée.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.