Sommet des chefs d’État du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) à Alger : «Faire du gaz naturel la ressource centrale d’un développement inclusif et durable»

18/12/2023 mis à jour: 22:15
APS
2901
Le ministre de l’Energie et des mines, Mohamed Arkab - Photo : D. R.

Le Sommet, qui aura lieu au CIC Abdellatif Rehal, verra la participation des Chefs d’Etat, de ministres et de hauts responsables des pays membres, au nombre de 12 (l’Algérie, la Bolivie, l’Egypte, la Guinée équatoriale, l’Iran, la Libye, le Nigeria, le Qatar, la Russie, Trinité-et-Tobago, les Emirats arabes unis et le Venezuela) ainsi que les pays observateurs du GECF, au nombre de 7 (l’Angola, l’Azerbaïdjan, l’Irak, la Malaisie, la Mauritanie, le Mozambique et le Pérou).

L’organisation à Alger du 7e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), du 29 février au 2 mars 2024, traduit le rôle important de l’Algérie au sein du forum et sur la scène énergétique mondiale, sur fond d’une conjoncture marquée par l’importance cruciale du gaz dans la sécurité énergétique, a indiqué, hier, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab.

«L’organisation d’un évènement aussi important en Algérie, dans une conjoncture très particulière marquée par l’importance cruciale du gaz dans la sécurité énergétique et dans la transition énergétique, traduit le rôle important que joue l’Algérie au sein du GECF, en tant que membre fondateur, et sur la scène énergétique internationale en tant que fournisseur fiable de l’énergie», a déclaré le ministre à l’APS.

A travers la «Déclaration d’Alger» qui couronnera la journée du sommet, le 2 mars, «il s’agira pour l’Algérie, en sa qualité de membre fondateur du GECF, de contribuer avec les pays membres de cette organisation à façonner l’avenir énergétique en tant que défenseur mondial du gaz naturel et plate-forme de coopération et de dialogue», a-t-il poursuivi.

L’objectif est de «soutenir les droits souverains des pays membres sur leurs ressources en gaz naturel et de contribuer au développement durable et à la sécurité énergétique mondiale», a ajouté Mohamed Arkab. Faisant observer que la Déclaration du sommet constituera le document principal de l’événement, M. Arkab a précisé que ce document était en cours de discussions au sein du groupe de travail ad hoc de haut niveau (High Level Ad hoc Working Group) du GECF que l’Algérie préside et devrait «refléter les objectifs et la Vision du GECF qui consiste à faire du gaz naturel la ressource centrale d’un développement inclusif et durable».

La Déclaration d’Alger reflètera ainsi la vision et la position communes du GECF sur diverses questions liées au gaz, telles que le rôle du gaz dans la transition énergétique, l’importance de l’infrastructure gazière et des investissements, la promotion du gaz en tant que source d’énergie propre et fiable, et le renforcement de la coopération gazière et du dialogue avec d’autres parties prenantes.

Le Sommet, qui aura lieu au CIC Abdellatif Rehal, verra la participation des Chefs d’Etat, de ministres et de hauts responsables des pays membres, au nombre de 12 (l’Algérie, la Bolivie, l’Egypte, la Guinée équatoriale, l’Iran, la Libye, le Nigeria, le Qatar, la Russie, Trinité-et-Tobago, les Emirats arabes unis et le Venezuela) ainsi que les pays observateurs du GECF, au nombre de 7 (l’Angola, l’Azerbaïdjan, l’Irak, la Malaisie, la Mauritanie, le Mozambique et le Pérou).

L’événement, dont une réunion préparatoire a été présidée mercredi dernier par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, comprend plusieurs activités scientifiques, techniques et diplomatiques dont l’inauguration du siège de l’Institut de la recherche sur le gaz (GRI) du GECF que l’Algérie abrite et dirige. «Le GRI a été créé pour faciliter la coopération technologique et mener des recherches afin de faire progresser les technologies et les connaissances dans l’industrie du gaz naturel, notamment par le biais de programmes de formation, de partage des connaissances entre les pays et de partenariats universitaires», a souligné M. Arkab.

Son rôle s’inscrit dans la priorité stratégique du GECF, dont le secrétariat général est assuré par l’Algérien Mohamed Hamel, et qui consiste à faire progresser les technologies modernes dans l’industrie du gaz.

Cet institut jouera un rôle important dans le développement, le déploiement et le transfert de technologies susceptibles d’améliorer l’efficacité et les performances environnementales de l’industrie du gaz naturel, en fournissant des programmes de formation pour les experts des pays membres et en partageant les meilleures pratiques et connaissances, en développant des partenariats avec les centres de recherche et les universités des pays membres et, par ailleurs, en soutenant la vision et la mission du GECF en tant que défenseur mondial du gaz naturel et plateforme de coopération et de dialogue, selon les explications du ministre. Il a ainsi qualifié l’inauguration du siège du GRI d’«étape importante pour les pays membres du GECF qui pourront ainsi tirer parti de leurs connaissances, de leur expertise et de leurs capacités de recherches collectives».

Par ailleurs, l’évènement verra le lancement de la nouvelle édition du Global Gaz Outlook 2050 du GECF, la publication annuelle du Forum, qui fournit une analyse complète des marchés gaziers mondiaux et régionaux, ainsi que du rôle du gaz naturel dans la transition énergétique. Le sommet connaîtra, en outre, la signature de mémorandums d’entente (MoUs) entre le GECF et d’importantes organisations internationales et régionales, a encore avancé le ministre.


 


 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.