Solidarité à Boumerdès : L’association Kafil El Yatim montre la voie

20/04/2023 mis à jour: 02:17
1159
Des centaines d’enfants ont reçu les vêtements de l’Aïd

Malgré les temps difficiles, la solidarité se porte toujours bien au sein de la société. A Boumerdès comme dans d’autres wilayas du pays, les gestes de bienfaisance à l’égard des plus démunis se font de plus en plus nombreux.

Plusieurs collectifs citoyens et d’institutions de l’Etat multiplient les actions pour perpétuer cette culture d’entre-aide qui se manifeste de différentes manières.  

Avant-hier, c’est le président de l’Observatoire nationale de la société civile, Nordine Benbraham, qui a fait une tournée à travers certaines localités de la région pour encourager les associations engagées dans ce domaine, à l’instar de Djazair El Kheir et Kafil El Yatim. Cette dernière accomplit un travail titanesque en faveur des orphelins.  «Mardi passé, nous avons organisé un iftar collectif en l’honneur de 40 familles d’orphelins à Khemis El Khechna.

 La cérémonie s’est terminée par la distribution des vêtements de l’Aïd au profit d’une cinquantaine d’enfants orphelins», précise Slimane Hammoudi, président de l’association. Organisé avec les bénévoles du collectif Djazair El Kheir et l’APC, ce geste de solidarité n’est pas le premier du genre et ne sera pas le dernier. 

A Boudouaou, les bénévoles de Kafil El Yatim sont comme les seconds pères des orphelins.  A Corso, Tidjllabine, Larbatache et Zemmouri, l’opération d’achat des vêtements pour les orphelins s’est terminée depuis plusieurs jours. Grâce aux dons des bienfaiteurs, 2100 enfants, dont le père est décédé ou divorcé et ne s’acquittant pas de ses obligations, ont eu droit au même cadeau à travers la wilaya, indique M. Hammoudi. «Ce sont eux qui choisissent les vêtements. Nous leur remettons des sommes d’argent de 5000 ou 8000 DA, selon l’âge. 

Et les achats  s’effectuent au niveau de magasins conventionnés», détaille-t-il. Très organisée, l’association a dénombré 1800 familles d’orphelins à travers la wilaya et dispose d’informations détaillées sur la situation de chacune d’entre elles. «Les aides sont octroyées en fonction des revenus de chaque famille. Bien évidemment, les plus démunies sont les plus favorisées», indique encore son président. En sus des vêtements, l’association a distribué près de 2000 kits alimentaires régulièrement pendant le mois de Ramadhan. 

Pour préserver la dignité de ces familles, les bénévoles de Kafil El Yatim préfèrent que les aides leur soient versées directement par les bienfaiteurs.  «Il y a des donateurs qui prennent en charge des familles à longueur d’année. Certaines obtiennent 25 000 et 30 000 DA chaque mois. On aimerait bien que cela se généralise afin d’éviter toute mauvaise interprétation quant à la destination des aides», dit-il avant d’aborder les difficultés auxquelles font face leurs adhérents. 

Selon lui, l’association compte 16 sections communales, mais aucune d’elles ne dispose de siège digne de ce nom. «Tous les locaux où nous activons sont loués grâce aux dons et aux cotisations de nos membres. 

C’est notre premier problème. Parfois, nous ne trouvons même pas où stocker et ranger les denrées alimentaires que nous redistribuons aux démunis. Nous avons formulé plusieurs demandes aux autorités. Nous n’avons malheureusement eu droit qu’à des promesses»,  s’indigne-t-il. 

Quand on voit les sièges dont disposent d’autres associations moins actives sur le terrain, on se demande quels sont les critères pris en compte dans l’attribution de tels biens. 

A noter enfin que 1028 associations communales et 159 de wilayas sont agréées par les autorités locales, mais la plupart n’existent que sur papier.   

Copyright 2024 . All Rights Reserved.