Se tourner vers l’avenir

06/07/2022 mis à jour: 05:38
9291

En dépit des déceptions et des amertumes, en dépit des difficultés asphyxiantes et la faiblesse des lumières qui soulignent encore l’horizon, célébrer le 60e anniversaire de notre indépendance est un moment de résilience et d’espoir ; un prétexte pour prendre soin de nous, ce nous dispersé, remis en cause par des extrémismes idéologiques et tant de trahisons.

Nous avons tellement besoin d’une dose de narcissisme pour booster notre estime de soi, non pas à la manière des «One-two-threesmes» hypertrophiés, mais à la mesure de notre citoyenneté, de la place que nous souhaitons parmi l’humanité, et de l’avenir que nous voulons pour nous et pour nos enfants.

Cet anniversaire est l’occasion de s’interroger sur le «nous», sur ce que nous avons fait de notre indépendance, car l’âge de l’Algérie indépendante offre une perspective suffisamment profonde pour questionner notre parcours. Oser un bilan objectif et l’assumer.

Cet anniversaire est surtout un marqueur temporel qui nous permet de fixer notre regard sur l’avenir et amorcer un nouveau départ sans craindre de corriger la trajectoire. Les Algériens ont mérité d’espérer. Espérer et considérer l’avenir comme une opportunité pour exaucer cet espoir, notre désir d’émancipation, de croissance, de puissance. Car l'avenir n'est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons faire, comme disait le philosophe Henri Bergson.

C’est une erreur que de s’ingénier à enfermer notre avenir dans le passé. L’instrumentalisation de notre histoire a été rejetée par les Algériens qui savent distinguer entre le patriotisme sans calculs, et le patriotisme rentier. Les Algériens qui ont toujours répondu présent à l’appel de la patrie ont à maintes reprises exprimé leur désir de regarder vers l’avant, de construire leur avenir, et parfois ils l’ont fait envers et contre les paternalismes, montrant qu’ils sont mieux que quiconque capables de forger leur destin et tracer leur trajectoire.

L’Algérien a nourri des attentes légitimes, des ambitions à la mesure des sacrifices des chouhada et des espérances des générations de l’indépendance.

Toujours conscient des défis qui s’imposent à lui et prêt à y faire face, il ne renonce jamais à son désir de liberté, d’émancipation, ni à sa volonté de recouvrer sa pleine souveraineté. En douter ou s’y opposer revient à défier une nature, une nécessité, comme la gravité.

Les images renvoyées par Oran sous les fresques palpitantes des Jeux méditerranéens donnent le pouls d’une jeunesse pleine de vie justement. Une actualité qui vient rappeler combien cette jeunesse est fière de ses couleurs, solidement attachée à son histoire, mais aussi et malgré les contraintes et l’incompréhension, qu’elle tient à se tourner vers l’avenir, à foncer droit devant et forger son propre destin.

Copyright 2024 . All Rights Reserved.