SDEM de Bordj El Kiffan : Derniers essais avant le coup d’envoi

02/04/2022 mis à jour: 20:25
1569
La compagnie d’exploitation de cette station effectue des essais avant le lancement officiel

La station de dessalement d’eau de mer dans la commune de Bordj-El-Kiffan (Est d’Alger), d’une capacité de 10.000 mètres cubes/jour, entrera en exploitation début du mois d’avril, a annoncé, jeudi à Alger, le ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, Karim Hasni. 
 

L’annonce a été faite lors d’une Journée de sensibilisation sur le service public des eaux et de l’assainissement, organisée par la Société des Eaux et d’Assainissement d’Alger (SEAAL) en présence des membres des deux Chambres du Parlement de la wilaya d’Alger. La phase d’essai de performance et d’efficacité préliminaire de cette future station de Bateau cassé a été entamée, jeudi, en prévision de son entrée en service pour exploitation par la société Algerian Energy Company (AEC), filiale du groupe Sonatrach, selon une source du ministère de l’Energie et des Mines. 
 

«Une quantité d’eau a été injectée dans le réseau d’eau potable après s’être assuré de la compatibilité de la qualité d’eau dessalée avec les normes en vigueur au niveau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et celles nationales», note la même source. Outre la station de Bordj-El-Kiffan, celle d’El Marsa, d’une capacité de 60.000 m3/j, devra également être fonctionnelle dès juillet prochain, a ajouté le ministre lors de sa visite. 
 

En plus des stations de l’ouest et du centre d’Alger à savoir celles de Zéralda, Palm Beach, Aïn Benian et El Hamma, les stations réunies de Bordj-El-Kiffan, El-Marsa et Corso devront assurer un approvisionnement additionnel de la capitale de l’ordre de 150.000 m3/j, sachant que la station de Corso est dotée d’une capacité de 80.000 m3/j. «Avec l’entrée en exploitation des nouvelles stations de dessalement alimentant la capitale, les capacités productives quotidiennes de la wilaya devront assurer un seuil minimal de 750.000 m3/jour, et ce, quelle que soit la situation », a assuré le ministre des RE, rappelant la décision d’augmentation de la production quotidienne en eau potable durant le mois de Ramadhan, laquelle passera à 850.000 m3/jour. «Avec l’entrée en exploitation des nouvelles stations de dessalement alimentant la capitale, les capacités productives quotidiennes de la wilaya devront passer de 750.000 m3/jour à 950 000m3/jour d’ici l’été prochain», rassure le ministre. 
 

M. Nasri a rappelé par ailleurs que la sécurisation hydrique passe par le dessalement de l’eau de mer au lieu des ressources superficielles, en raison notamment de la faible pluviométrie. Il est à rappeler que la capitale a bénéficié d’un programme initial de réalisation de trois stations de dessalement d’eau de mer à Zéralda, Palm Beach (Staoueli) et Ain Benian, avant qu’un programme supplémentaire d’urgence pour la réalisation de trois autres stations ne soit décidé par les hautes autorités. 

Au titre du grand transfert hydraulique, le quota d’eau potable transféré à la wilaya de Blida à partir de la station de pompage d’Alger N3 sera porté durant ce mois de Ramadhan de 8000 M3/J à 13.000 M3/Jour en vue d’améliorer l’alimentation de la population de Blida en cette substance vitale, selon le directeur des ressources en eau de la wilaya. 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.