Scandale de l’exclusion de la candidate au bac de Sétif : Silence radio de la fédération des parents d’élèves

20/06/2022 mis à jour: 03:42
2763

L’affaire de la jeune fille Amina S., exclue arbitrairement de la suite des épreuves du bac, suscite encore les discussions et commentaires à Sétif où certaines parties font le forcing pour étouffer le scandale.

N’ayant pas jugé utile de discuter, de rassurer et de présenter le cas échéant des excuses à la jeune victime, les envoyés spéciaux (le directeur de gestion des ressources humaines et un directeur central) du ministre ayant fait un court déplacement jeudi à Sétif où ils ont relevé le chef de centre du lycée Mohamed Kerouani et limogé le chef de service des examens et concours de la direction de l’éducation de la deuxième wilaya du pays en nombre d’habitants ferment le dossier comme si de rien n’était.

L’incommensurable préjudice occasionné à une jeune lycéenne victime d’une gravissime faute est relégué au dernier plan. Transformée en «faute tout à fait excusable» l’exclusion de Amina S., scolarisée à Mohamed Kerouani, lieu du «scandale», n’a pas offusqué outre mesure la fédération des parents d’élèves de Sétif, censée défendre et préserver les droits de sa progéniture. Contacté hier par El Watan, le président de ladite fédération cafouille et perd son latin dans un premier temps.

Sans la moindre gêne, il épouse par la suite la thèse du chargé de mission de la direction de l’éducation de Sétif où sont scolarisés plus de 460 000 élèves des trois paliers. De nombreux parents dont certains se sont rapprochés hier de notre bureau ne sont pas de cet avis.

Outrés et irrités par la tournure des événements et le dramatique sort réservé à jeune fille prise de malaise et transférée au CHU sur avis du médecin réquisitionné à l’occasion, ne mâchent pas leurs mots : «C’est bien beau de sanctionner deux boucs émissaires. En procédant de la sorte, le ministère de l’Education nationale voudrait sans nul doute étouffer l’affaire et protéger d’autres responsables.

On n’a pas pensé une seconde au tort fait à une jeune fille et à sa famille. On est touché car une telle mésaventure aurait pu arriver à nos enfants. On s’explique mal le silence assourdissant de l’association des parents d’élèves. Sous d’autres cieux, cette affaire aurait fait des vagues.

Nous demandons l’intervention des hautes autorités du pays pour mettre toute la lumière sur cette affaire car on a détruit les efforts d’une jeune lycéenne n’ayant commis aucune faute. Nous profitons de l’opportunité pour saluer les sanctions prononcées par la justice à l’encontre des fraudeurs. Ces mesures vont donner à réfléchir à toute personne qui voudrait jouer avec le feu», révèlent des parents d’élèves ayant tenu à manifester leur solidarité avec Amina payant les pots cassés d’une faute inexcusable. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.