Rue Tatache Belkacem à Constantine : Un affaissement qui en rappelle un autre

21/05/2022 mis à jour: 10:03
2550
Une étude géophysique a été entamée sur toute la rue/ (photo: El Watan )

Un important affaissement est survenu sur la rue Tatache Belkacem (ex-rue Thiers), mercredi dernier, aggravant les fissures déjà apparues dans des immeubles et menaçant la vie des habitants. Ces derniers ont exprimé leur inquiétude, face au glissement de terrain signalé depuis des années et qui les expose à un péril inévitable chaque jour davantage. 
 

Vu le danger constaté après un affaissement d’environ 70 cm et les séquelles du mouvement du sol en particulier sur les bâtiments, la commune de Constantine a décidé la fermeture immédiate de cette rue très fréquentée par les automobilistes, pour une durée indéterminée en diligentant une étude géophysique des lieux. «J’ai pris la décision de fermeture urgente, car j’avais peur que l’affaissement s’agrandisse et un automobiliste tombe dedans. 

En même temps, j’ai réquisitionné tous les services concernés, dont la Seaco, le CTC, la SDE et un laboratoire pour lancer l’étude géophysique et l’achever en 48 heures», a déclaré le maire de la ville Charaf Bensari. Quid de l’étude lancée auparavant par la commune sur le réseau d’eau potable et d’assainissement, dans cette rue névralgique ? 

En réponse à notre question, M. Bensari dira : «Certes il y a eu une étude menée par la commune auparavant. Mais, nous avons opté pour une étude géophysique pour un meilleur diagnostic global du danger. 

D’autant plus cette que étude ne concernera pas uniquement la partie effondrée, mais toute la rue Tatache sur un linéaire d’environ 300m, s’étalant jusqu’à l’entrée du pont Bab El Kantara, sous lequel des infiltrations d’eau ont été signalées.» Un budget préliminaire de 34 millions de dinars a été débloqué par la commune pour les travaux nécessaires. Cela, sans oublier l’augmentation des prix des matériaux nécessaires.

 Vu l’ampleur du glissement et des études complémentaires engagées, selon les affirmations de Charaf Bensari, cette enveloppe sera revue à la hausse à travers le budget supplémentaire (BS) avec une aide promise par le secrétaire général de wilaya, Saïd Akhrouf. 
 

Une zone à haut risque
 

Pour rappel, cet affaissement est le deuxième après un important éboulement survenu en 2015. Les interventions établies étaient dans l’urgence, mais sans régler pour autant la source de l’anomalie. 
 

Par la suite, plusieurs effondrements ont été signalés, avant que cette artère névralgique reliant le quartier de Bab El Kantara à celui de la Casbah et au CHU Benbadis ne soit fermée à la circulation à partir de ce week-end, pour la deuxième fois depuis 2017. 

Toujours dans le même cadre du mouvement de sol dans la commune de Constantine, le maire affirme que d’autres études géophysiques seront lancées pour la rue Larbi Ben M’hidi (connue par Trik Jdida) et l’avenue Zaâbane. «Par exemple, pour la rue Larbi Ben M’hidi, on ne sait pas réellement s’il s’agit de fuites de canalisations ou d’une nappe d’eau provoquant des glissements et des affaissements. 

C’est pourquoi l’étude géophysique est inévitable pour ne pas mener des travaux de bricolage. Ces études seront engagées soit juste après l’achèvement des travaux de la rue Tatache ou en parallèle.

 Mais, avant d’entamer quoi que ce soit, une réunion autour de la cartographie de la ville en présence des services de la Direction de l’urbanisme, de l’hydraulique et de la Seaco sera organisée pour voir ce qui a été réalisé jusqu’à présent en termes de réhabilitation du réseau des canalisations», a-t-il expliqué, soulignant que ces projets ont été inscrits comme des priorités de la commune. 
 

En conclusion, il ajoutera que d’autres endroits glissants connaîtront des interventions des services compétents durant cette semaine. Notons à titre d’exemple, le fameux immeuble à moitié démoli à l’entrée du boulevard Belouizded (ex-Saint-Jean). «Cette bâtisse sera rasée complètement d’ici dimanche (demain ndlr) et l’endroit sera aménagé en placette. 

C’est la Sopt qui s’en chargera. Par ailleurs et toujours à propos du glissement, une autre opération d’AEP et d’assainissement touchera la rue des Maquisards concernée par les opérations de relogement. Nous lancerons le cahier des charges au cours de cette semaine», a-t-il précisé.  

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.