Revalorisation des pensions : Ces calculs qui donnent le tournis aux retraités

19/05/2022 mis à jour: 20:50
1921

Les retraités ne sont pas satisfaits des dernières revalorisations de leur pension. L’Organisation syndicale des retraités algériens (OSRA) parle carrément de «supercherie». «Je tiens à dénoncer l’information qui fait de la dernière revalorisation une augmentation des pensions alors que celle-ci n’en est pas une», relève Bachir Hakem, chargé de l’organique au syndicat des retraités, non agréé.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a instruit, en avril, le gouvernement pour «augmenter» les pensions de retraite au titre des années 2021-2022.

Il s’agit d’augmenter de 10% les pensions inférieures ou équivalant à 15 000 DA, de 5% les pensions allant entre 15 000 à 20 000 DA, de 3% les pensions entre 20 000 et 43 000 DA, outre l’augmentation de 2% des pensions de plus de 43 000 DA, détaille le communiqué rendu public à l’issue de la réunion du Conseil des ministres tenue le 10 avril dernier.

Pour Bachir Hakem, la Caisse nationale des retraites (CNR) «a présenté la revalorisation comme une augmentation pour 2021-2022, en dressant une somme représentant deux mois pour qu’à la lecture on puisse penser qu’il s’agit d’une revalorisation mensuelle».

Le syndicaliste donne un exemple de revalorisation : «Les retraités ont reçu des messages, comme le suivant, et c’est à vous de découvrir la supercherie : ‘‘La CNR a l’honneur de vous informer que votre pension F… est augmentée de 1801,94 DA suite à la revalorisation 2021-2022 avec rappel de 10 404,75 DA.’’ Le malheureux retraité qui prend sa calculette pense qu’il y a une erreur sur son rappel, car 1801,94 x 12 = 21 623,28. Si on prend 1801,94 DA et qu’on divise par 2, on retrouve une moyenne d’augmentation mensuelle de 900,97 DA.

Et si on la multiplie par 12, on retrouve 10 811,64 DA, qui est plus proche du rappel versé. Que représente la valeur de cette revalorisation sur le pouvoir d’achat quotidien ? 900,97 DA divisés par 30 représentent environ 30,03 DA/jour.» Hakem, qui dénonce des revalorisations qui ne permettent pas d’enrayer la chute du pouvoir d’achat, précise que celles-ci sont assujetties à l’Impôt sur le revenu global (IRG).

L’Organisation revendique une «révision réelle» des pensions de retraite. «La revalorisation, insuffisante et représentant en moyenne un sachet de lait à 25 DA, ne peut être considérée comme une augmentation pouvant permettre de rattraper la chute du pouvoir d’achat.

L’OSRA appelle le gouvernement à ouvrir une enquête au niveau de la CNR pour les calculs des rappels et des revalorisations, qui ne sont pas des augmentations de salaire et ne peuvent être assujetties à des impositions», suggère le syndicaliste, qui appelle également le gouvernement à fixer une somme forfaitaire d’augmentation pour tous les retraités, représentant la réalité des pensions. Par ailleurs, l’OSRA continue à revendiquer son récépissé d’enregistrement pour activer légalement. 

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer