Redistribution des cartes

16/03/2023 mis à jour: 04:09
2324

La multipolarité se matérialise en ce printemps où la guerre en Ukraine entame sa deuxième année. L’accord signé vendredi 10 mars entre l’Arabie Saoudite et l’Iran met fin à sept ans de conflit désastreux pour la région et engage les deux pays à rétablir les relations diplomatiques et la collaboration sécuritaire et économique.

Par cet accord qui amorce un changement majeur dans la région, c’est l’Occident et son protégé Israël qui se font cocus, d’autant qu’il a été signé sous l’égide de Pékin dans la capitale chinoise même.

L’Arabie Saoudite affiche à travers l’accord de vendredi sa nouvelle vision du monde, où ses intérêts ne sont plus dictés par Washington. Le chèque de 121 milliards de dollars que Riyad vient de signer pour l’acquisition de Boeing américains ne fait que traduire la nouvelle Real Politik saoudienne.

Le monde tel qu’on le connaît depuis 1990, dominé par un Occident composé des Etats-Unis et de l’Europe, se décompose pour céder la place à un monde plus équilibré, grâce à la montée en puissance de la Chine et la résurgence de la Russie et du courant des Non-alignés.

Avec le rapprochement des deux ennemis historiques, la diplomatie chinoise acte une redistribution des cartes dans la région à forts enjeux géostratégiques qu’est le Moyen-Orient, et sur l’ensemble de la planète. Téhéran, par la voix de son chef de la diplomatie iranienne, Hossein Amir Abdollahian, annonce aussi d’autres initiatives dans la région, ce qui laisse croire qu’il s’agit fort probablement d’avancées sur le dossier syrien. Rien que ça !

Au Liban, on se félicite déjà de cet accord avec un enthousiasme mêlé d’espoir pour un retour de stabilité favorable au pays. Mais c’est à Tel-Aviv que l’annonce de l’accord entre les deux poids lourds du monde musulman a eu l’effet d’un séisme, du moins au sein des rédactions.

Presque en chœur, les commentateurs médiatiques estiment qu’il s’agit là d’un message à destination d’Israël et des Etats-Unis. Le malaise le dispute à la surprise. «Le rêve d’Israël de former une alliance arabe sunnite face à l’Iran et son “croissant chiite” vient de se briser.

Cet accord (…) confère à l’Iran la légitimité dont il a tant besoin dans le monde arabe et pourrait conduire à d’autres accords avec des Etats arabes, comme l’Egypte (…), voire, qui sait, déboucher sur une reprise des négociations pour sauver l’accord international sur le nucléaire iranien», estime un analyste israélien repris par le Courrier international.

En Occident, les médias mainstream traduisent aussi cet affolement par des formules néocolonialistes nauséabondes, en assimilant la sympathie éprouvée par les peuples du Sud envers les acteurs du changement mondial que sont la Chine et la Russie à de l’ignorance.

Et derrière le verbe, se trament des actes suicidaires d’un Occident capitaliste blessé, aveugle et prêt à tout pour conserver son hégémonie. L’offensive multipolaire sera longue et semée d'embûches.

 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.