Recentrage local

27/08/2022 mis à jour: 09:49
1989

Le communiqué du gouvernement rendu public à l’issue de sa réunion tenue mercredi est symptomatique du peu d’entrain observé chez les responsables en charge des affaires du pays au sujet du développement local.

Le seul point relatif à ce dossier, évoqué dans le document, concerne un exposé du ministre de l’Intérieur sur l’«état d’avancement de la concrétisation du programme complémentaire de développement décidé au profit de la wilaya de Khenchela». 

L’instruction a été succinctement donnée pour «accélérer les travaux afin de répondre aux préoccupations des citoyens». L’on se souvient qu’un grand retentissement politique et médiatique a entouré ce qui devait être une série de réunions gouvernementales à travers les wilayas dans l’optique d’imprimer une cadence décisive au développement local. Près de neuf mois après cette première rencontre «décentralisée», les incidences de cette initiative gouvernementale ne sont pas encore évaluées et l’opinion publique retient notamment le communiqué laconique annonçant en mai dernier que «le wali de Khenchela est démis de ses fonctions». Le programme des «zones d’ombre» a connu également un improbable destin, ayant amené les responsables locaux à se perdre dans les réaffectations budgétaires dans un contexte de réduction drastique des ressources financières.

Les problèmes vécus par les populations, ainsi que leurs attentes, sont innombrables à travers toutes les wilayas du pays. Le défi est d’opérer un véritable recentrage sur les affaires locales, en commençant par la remise en marche de tous les services de l’Etat sans délimitation de zones ou de régions. 

Des conditions de vie intenables peuvent être relevées dans des villes chefs-lieux comme dans des localités rurales ou de montagne. C’est le «logiciel» de gestion encore en vigueur qui doit être totalement changé. Des administrations parfois vitales ou névralgiques sont inexplicablement mises en veilleuse, laissant les citoyens subir des situations de détresse qui ne remontent souvent pas au niveau gouvernemental. 

Des augmentations des tarifs de transport ont été signalées ces derniers jours sans que la direction de wilaya concernée n’ait eu son mot à dire, alors que, par le passé, cette question était préalablement discutée et les doléances des transporteurs étaient prises en compte. Une tension sur le pain est vécue dans certaines localités ces dernières semaines pour la simple raison que les «minoteries s’étaient mises en congé au même moment». La réactivité des services de contrôle et de régulation n’est notoirement pas le point fort de l’administration locale. Le problème se complique quand l’autorité centrale s’accommode de cette situation ou la valide. L’insistance sur les indemnisations des victimes des incendies ne voile pas l’échec dans la prévention de ces sinistres. Des drames peuvent être évités par le simple débroussaillement avant l’été autour des lieux d’habitation et des campagnes massives de sensibilisation à l’annonce d’épisodes caniculaires, appelant les citoyens à reporter leurs déplacements dans les zones boisées. 

Autant d’opérations qui doivent être menées et suivies au jour le jour à travers toutes les localités et dans tous les secteurs d’activité, engageant les services déconcentrés de l’Etat comme les assemblées élues.

Copyright 2022 . All Rights Reserved.
On utilise des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de réseautage social et pour analyser nos visites. De plus, nous partageons des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de réseaux sociaux, de publicité et d'analyse de données, on continue de naviguer sur notre site bous accepter les conditions d'utilisation Plus d'informations Fermer