Profanation du coran en Europe : La colère monte dans le monde musulman

23/07/2023 mis à jour: 11:52
1576
Le monde musulman est scandalisé par ce qui s’est produit en Suède et au Danemark

Les forces de sécurité irakiennes ont dispersé tôt hier des centaines de partisans de Moqtada Sadr qui ont manifesté à Bagdad avant de tenter de rallier l’ultra-sécurisée Zone verte abritant notamment des ambassades, une nouvelle mobilisation pour protester contre les profanations du Coran. La manifestation nocturne a été provoquée par des informations de presse qui semblent faire état d’une profanation du Coran au Danemark. 

Sur sa page Facebook, le mouvement d’extrême droite Danske Patrioter a posté vendredi la vidéo d’un homme brûlant ce qui semble être un Coran et piétinant un drapeau irakien. La police de Copenhague a confirmé à un média danois qu’un livre a été brûlé devant l’ambassade d’Irak, sans être en mesure de confirmer qu’il s’agissait d’un Coran. Sur la place Tahrir dans le centre de la capitale irakienne, des centaines de manifestants se sont rassemblés après 01H00 du matin (22H00 GMT), le plus souvent de jeunes hommes scandant «Oui, oui au Coran» et brandissant pour certains des portraits de l’influent leader religieux Moqtada Sadr. 

Les forces de sécurité avaient coupé deux ponts menant à la Zone verte, quartier sécurisé abritant institutions gouvernementales et ambassades, mais les manifestants, environ un millier, ont tenté de forcer le passage et des heurts ont éclaté quand ils ont été repoussés et finalement dispersés avant l’aube, a confirmé à la presse un responsable au ministère de l’Intérieur, s’exprimant sous anonymat. Selon lui, les manifestants tentaient de rallier l’ambassade du Danemark.  Jeudi, des partisans de Sadr ont attaqué de nuit et incendié l’ambassade de Suède. Ils réagissaient à deux rassemblements organisés pour profaner le Coran à Stockholm, le premier fin juin, le deuxième jeudi. 

Ces évènements ont provoqué une crise diplomatique entre la Suède et l’Irak, qui a expulsé l’ambassadrice suédoise. Les autorités irakiennes ont aussi annoncé suspendre la licence du géant suédois des télécoms Ericsson dans le pays. Tôt hier, le ministère des Affaires étrangères irakien a condamné dans un communiqué «la profanation du saint Coran et du drapeau irakien devant l’ambassade d’Irak au Danemark». 

«Ces actions provoquent des réactions et mettent toutes les parties dans des situations délicates», a-t-il averti. Le ministère réaffirme toutefois «son plein engagement envers la convention de Vienne», assurant que «le gouvernement irakien se porte garant de la protection et de la sécurité apportées aux équipes diplomatiques».  «Nous ne pouvons pas permettre que se reproduise ce qui s’est passé avec l’ambassade du Royaume de Suède», a-t-il martelé. 

A rappeler par ailleurs que l’Arabie saoudite et l’Iran ont convoqué les représentants des missions diplomatiques suédoises dans leurs pays, afin de dénoncer l’autorisation accordée par Stockholm pour des actes de profanation du Coran. «Une note de protestation réclamant notamment aux autorités suédoises de prendre toutes les mesures immédiates et nécessaires pour mettre fin à ces actes honteux», sera remise au chargé d’Affaires suédois, a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères dans un communiqué jeudi soir. 

Le ministre des Affaires étrangères iranien, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré pour sa part avoir envoyé une lettre au secrétaire général de l’ONU, condamnant la profanation du Coran et lui demandant de «condamner immédiatement cet acte et de prendre les mesures nécessaires dès que possible, afin d’empêcher sa répétition. 

 L’Organisation de coopération islamique (OCI) a elle parlé quant à elle d’un «nouvel acte provocateur», son secrétaire général, Hissein Brahim Taha, exhortant Stockholm à «cesser de délivrer des autorisations (de rassemblements, NDLR) à des groupes et individus extrémistes». 
 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.