Pourparlers entre Moscou et Kiev : Un négociateur russe note des «progrès»

14/03/2022 mis à jour: 19:55
1126
Les deux pays négocient depuis deux semaines, mais jusqu’à présent ils n’ont pas obtenu de percée

Un négociateur russe a estimé hier que les pourparlers entre Kiev et Moscou progressaient, en plein conflit en Ukraine, rapporte l’AFP. «Si nous comparons la position des deux délégations entre le début des négociations et maintenant, alors nous constatons des progrès significatifs», a déclaré Léonid Sloutski, un député faisant partie de la délégation russe ayant récemment rencontré des négociateurs ukrainiens au Bélarus. 

«Mon attente personnelle est que ces progrès aboutissent très prochainement à une position commune entre les deux délégations et à des documents à signer», a-t-il ajouté, cité par les agences de presse russes. 

Depuis le début de l’offensive militaire de Moscou le 24 février, trois tours de pourparlers ont eu lieu au Bélarus. Samedi, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a évoqué une nouvelle approche  «fondamentalement différente»  de Moscou dans ses récents pourparlers avec Kiev. Il a relevé, en ce sens, que la Russie ne se contente plus de «juste poser des ultimatums». 

Ce qui constitue «une approche fondamentalement différente», a-t-il ajouté. Vendredi, son homologue russe, Vladimir Poutine, a déclaré avoir vu «des avancées positives» dans les pourparlers. De son côté, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, Joe Biden, Jake Sullivan, doit rencontrer aujourd’hui à Rome, en Italie, le plus haut responsable du Parti communiste chinois pour la diplomatie, Yang Jiechi, a annoncé hier la Maison-Blanche. 

L’œil sur Pékin

Les deux responsables et leurs équipes «discuteront des efforts en cours visant à gérer la compétition entre nos deux pays et discuteront de l’impact de la guerre de la Russie contre l’Ukraine pour la sécurité régionale et mondiale», a indiqué Emily Horne, la porte-parole du Conseil national de sécurité de la Maison-Blanche, dans le communiqué.

Une rencontre similaire entre les deux hauts responsables a eu lieu en octobre en Suisse. «Nous surveillons étroitement la mesure dans laquelle la Chine fournit, d’une manière ou d’une autre, quelle soit matérielle ou économique, une assistance à la Russie», a déclaré hier sur CNN Jake Sullivan, observant que «c’est un sujet de préoccupation» pour Washington. 

«Et nous avons fait savoir à Pékin que nous ne resterons pas passifs et ne laisserons aucun pays compenser les pertes de la Russie dues aux sanctions économiques» imposées depuis le début de l’offensive russe de l’Ukraine, a-t-il ajouté. Et de prévenir : «Il y aura absolument des conséquences en cas d’importantes actions visant à contourner les sanctions». 

De son côté, le ministre des Affaires étrangères qatari, cheikh Mohammed Ben Abderrahmane Al Thani, doit s’entretenir aujourd’hui avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, de la guerre en Ukraine et du programme nucléaire iranien, a indiqué une source informée. 

Il s’est entretenu la veille avec son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba. Doha s’est dit prêt si nécessaire à proposer une médiation dans le conflit russo-ukrainien, a affirmé la même source. 

Le Qatar, qui héberge la plus importante base militaire américaine au Moyen-Orient, a renforcé ses liens avec la Russie ces dernières années. 

Copyright 2024 . All Rights Reserved.